La Grande Guerre

Aucune date spécifiée

Les 10 et 11 octobre, lors d’une conférence réunie à Ostende, les Anglais et les Français demandèrent au roi Albert de transmettre le commandement de son armée à un général pour se réfugier en Angleterre mais ils se heurtèrent à un refus, car le souverain n’en- tendait pas abandonner le sol national. Deux jours plus tard, il s’adressait à ses soldats pour les féliciter de leur bravoure et délivrer un message de confiance, à la veille du déclenchement de la bataille de l’Yser. Sur un front de 38 km dessiné par le cours de cette petite rivière côtière, 60 000 combattants belges, renforcés par 4 000 Français de la brigade de fusiliers marins de l’amiral Ronarc’h, vont réussir à contenir les assauts furieux des forces allemandes chargées de s’emparer du littoral de la Mer du Nord et de ses ports, si précieux pour les Anglais. À l’issue d’une semaine de combats furieux, les Allemands ne purent s’emparer de Dixmude et de Nieuport. Le 24 octobre l’ennemi parvient cependant à atteindre le remblai du chemin de fer reliant ces deux villes et c’est l’ouverture des vannes de l’écluse de Furnes puis du déversoir de Noorvaert qui va finale- ment, en noyant la plaine, stopper la poussée allemande. Le 30 octobre, l’ennemi doit renoncer et la victoire peut être mise au crédit d’un soldat belge qui a révélé des qualités d’endurance et de comba- tivité tout à fait inattendues. 

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Octobre 2019 - en vente le 17/10

COVER75mini
  • Enquête: Nos bonnes adresses beauté et bien-être pour aborder l'hiver en douceur
  • Talent: le céramiste Tristan Philippe
  • Liège: la Villa Consulaire
  • Week-end à Charleroi

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :