Liberté

Du jeudi 18 octobre 2018 au dimanche 28 octobre 2018

 Dès ce jeudi, le Festival des Libertés mêle culture et débats au théâtre National.

 Le Festival des Libertés est un événement organisé par Bruxelles Laïque (asbl chargée de la promotion de la laïcité en région bruxelloise) depuis de nombreuses années, et qui investit durant une dizaine de jours le théâtre National, à Bruxelles. Mais concrètement, le festival des Libertés, c’est quoi? Un événement qui lie concerts, pièce de théâtre, débats, concerts, conférences, expositions. Le tout, au Théâtre National et dans une ambiance festive. A chaque année, une thématique, un sujet à interroger. L’édition 2018 se focalisera sur le pouvoir, le rapport au pouvoir, la nécessité (ou pas) d’un pouvoir, les différentes sortes de pouvoir. Un thème vaste s’il en est mais qui permet de questionner au plus proche du réel le monde tel qu’il va aujourd’hui. 

 

Notre sélection, par catégorie:

 

Theâtre

L’attentat

Vincent Hennecbicq, habitué du Théâtre National (Black Couds, Going Home…), porte à la scène le roman de Yasmina Khadra. L’histoire d’Amine, chirurgien arabe israélien qui un jour va devoir opérer les survivants d’un attentat. A la fin de la journée, il va comprendre que la responsable de cet attentat n’est autre que sa femme. Le roman se fait thriller. C’est ce thriller que Vincent Hennebicq porte à la scène. Ce témoignage d’une quête de sens, de vérité. Il travaille le texte en mêlant musique, vidéo et jeu de scène. Le spectacle, largement plébiscité par le public, est sold out. Mais il ne faut pas hésiter à se présenter très tôt au théâtre pour se mettre sur liste d’attente. Quelques places se libèrent toujours le soir même pour ceux qui se seront présentés suffisamment tôt. 

Le 19/10, 19h.

 Le Monde Renversé

Dans son ouvrage « Caliban et la Sorcière », la militante et universitaire américaine Silvia Federici évoque le fait que Marx a omis de préciser le rôle majeur joué par les femmes en fournissant la main-d’œuvre nécessaire à l’accumulation du capital. Clara Bonnet s’empare du propos du livre en mettant en scène le corps de la « sorcière », contrôlé, torturé, brûlé, fouillé, confisqué à travers les âges. Elle en fait une dénonciation du patriarcat. 

Le 19/10, 20h30 et le 20/10, 14h.

Concert

Girls in Hawaii

Ces girls ne sont en fait que des mecs. Tous ou presque sont issus de Braine-l’Alleud, des amis scouts qui ont fondé un groupe d’indie pop en 2000. L’histoire du groupe est marquée par la mort brutale, en 2010, de leur batteur. Depuis le groupe a su se réinventer. Si son dernier album était marqué de cet événement et se voulait une résurrection, son « Nocturne », sorti voici un mois, parle de solitude heureuse et mélancolique. Une mélancolie pop à découvrir. 

Le 24/10, 20h30.

Exposition

Veuves

La photojournaliste Amy Toensing propose ici sa vision du veuvage à travers le monde. Un veuvage qui rime souvent avec mort sociale pour ces femmes, parfois accompagnées de leurs enfants. La photographe a rencontré des veuves en Inde, en Ouganda et en Bosnie durant quatre ans. Elle a pu comprendre comment une femme est définie par rapport à son lien à l’homme (fille puis femme). Percutant.

Exposition visible de 18h à 23h en semaine, de 14h à 23h le we.

Film/documentaire

Derrière les fronts

Avant le concert de Brigitte, lancement populaire du festival, ce documentaire ouvrira le festival. Un documentaire sur la colonisation de la Palestine, qui n’est pas seulement celle des terres, du ciel, des logements et de l’eau… Car dans ce documentaire, on suit Samah Jabr, psychiatre et psychothérapeute anticolonialiste spécialisée dans les stratégies et conséquences psychologiques de l’occupation palestinienne. Comment celles-ci se manifestent-elles dans les esprits ? Quels sont les outils pour y faire face ? Ce documentaire suit évidemment  Samah Jabr, mais, surtout, s’émaille de témoignages d’hommes et de femmes subissant l’occupation. 

Le 18/10, 19h, le film sera précédé par l’ouverture de la Compétition internationale de films documentaires 2018.

Expérience

Explorons les privilèges blancs?

Yvoire de Rosen, anthropo-sociologue spécialisée dans les enjeux relatifs aux femmes afrodescendantes et dans les représentations identitaires noires, dispense des cours en master en études de genre et est co-fondatrice du collectif afro-féministe Mwanamké

Elle propose ici d’interroger le privilège blanc, du rapport de domination, des avantages sociaux,  économiques, politiques, culturels de cette partie de la population lors de masterclasses interactives. 

Le 20/10, 14h.

Débat

Islam, Djihadisme et les gauches

Tous, nous nous interrogeons sur les racines du djihadisme. Ce débat interroge la gauche et la façon dont elle questionne l’aspect religieux de la chose. Est-elle capable d’appréhender la puissance mobilisatrice de la transcendance spirituelle et d’analyser l’explosion du fondamentalisme ? Et si, face à un Occident extrêmement tendu sur les questions religieuses, certains musulmans d’Europe minimisaient la dimension strictement religieuse du djihadisme ? Est-ce pourquoi, quand des tueurs invoquent Allah pour semer la terreur à Bruxelles ou Paris, de nombreuses personnalités politiques ainsi que les représentants du culte musulman martèlent à l’unisson que ces attentats n'ont « rien à voir » avec l'islam ? Ces questions, et bien d’autres, seront abordées par Alain Gresh, Jean Birnbaum et Ghaleb Bencheik lors du débat. Il s’agit là du troisième volet d’un cycle de réflexion sur la thématique "Djihad: l’impossibilité de comprendre ?" 

Le 19/10, 21h15

 Festival des Libertés, du 18 au 27/10, diverses salles du Théâtre National, 111/115, boulevard Emile Jacqmain, 1000 Bruxelles, programme complet sur www.festivaldeslibertes.be.

Newsletter

JV en kiosque - Abonnement

Octobre 2018

JV69
  • Enquête - La bière en Belgique
  • Virée à Louvain
  • Notre dossier sur la Grande Guerre
  • Découverte de la communauté des collectionneurs de montres
En vente chez votre libraire le 07 septembre.

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Ket »

    Un "ket" en Belgique est un enfant...

  • « Encodé »

    Se dit pour enregistrer un fichier, passer une écriture comptable, reproduire son numéro de compte en banque...

  • « Manger »

    Déjeuner, dîner, souper ... c'est bien manger non?