« Apprivoiser Saint-Pétersbourg »

Lundi 7 janvier 2013 | Texte : Elisabeth Lefebvre

Vieux rêve devenu réalité, l’arrivée à Saint-Pétersbourg a été riche en surprises et découvertes, pour Camille et Geoffroy Guise… puis Axel.

 

Lorsqu’en 2011, Camille et Geoffroy Guise arrivent du Soudan pour s’installer à Saint-Pétersbourg, le contraste est rude, non seulement par le choc du climat, mais par les problèmes quotidiens plus compliqués à régler dans une ville où bien peu d’habitants parlent anglais. Les jeunes mariés doivent y trouver leurs marques.

Pourtant, c’est Geoffroy qui a demandé cette affectation à sa société, une PME angevine d’environ 400 personnes, spécialisée dans les pompes hydrauliques.

Lui qui s’était pris de passion pour le russe au collège, tente dès son arrivée de renouer avec la professeur de français qui l’avait si gentiment accueilli en 1995 dans le cadre d‘un échange avec Saint-Pétersbourg.

 

Se loger

 

En attendant, le jeune couple déniche un appartement à titre provisoire qui, hélas, a quelques inconvénients.

Camille, enceinte de six mois à l’époque, s’en souvient encore : « L’appartement était situé au rez-dechaussée et la lumière du jour, qui était présente seulement de 11h à 15h en hiver, avait du mal à passer ! J’ai été surprise de découvrir qu’en janvier les pelleteurs repoussaient la neige en murets devant nos fenêtres ! L’hiver était difficile, et nous n’étions pas habitués à ce climat rude et froid.

Pourtant, nous avions voulu nous installer à Saint-Pétersbourg, et pas à Moscou, trop chère et impersonnelle. Et puis, pour moi qui suis une passionnée de culture et avait dû quitter mon poste dans le Centre de recherche du château de Versailles, cette ville représentait une réelle opportunité de découvrir l’histoire et la culture russe de manière approfondie. »

Heureusement, la chance est avec eux et l’ancienne professeur de français les met en relation avec Ludmilla, une personne très compétente dans l’immobilier, qui leur trouve un bel appartement en centre-ville situé sur le canal Griboïedov.

De son côté et grâce à l’un de ses distributeurs, Geoffroy trouve un petit local de 6m2 pour en faire son bureau. Il procède à sa première embauche: Macha une indispensable assistante russe bilingue qui va le seconder.

 

Préparer la naissance du bébé

 

Mieux installée et entourée, Camille recherche sur internet un médecin et une clinique locale pour préparer la naissance du bébé et le petit Axel voit le jour dans une clinique russo-finlandaise où Camille reçoit un accueil chaleureux de tout le personnel, sages-femmes et médecins.

 

La nouveauté du grand froid

 

Après la naissance, elle se met au russe, trouve Nadiejda, une femme d’âge mûr pour garder son bébé tandis qu’elle suit des cours intensifs de langue russe : « Malgré la dureté de l’hiver et le temps triste et maussade, j’adore cette ville. Lorsque les premières neiges sont tombées, nous allons nous promener avec mon mari et le petit Axel emmitouflé, faire du ski de fond dans les parcs et forêts, et plus particulièrement dans le parc du château de Pavlovsk, mon préféré. Mais, même si Axel est emmitouflé dans une combinaison et un sac de couchage en fourrure, il ne peut rester dehors longtemps par -15°C.

Lors de nos promenades, en plus d’admirer les patineurs évoluer sur les canaux gelés, nous avons aussi appris à surveiller le sol gelé des trottoirs et, au dégel, les stalactites qui tombent des toits.»

Articles associés

+ d'articles associés

Inscrivez-vous à nos newsletters

Recevez nos bons plans et idées pour vos week-ends !

JV en kiosque - Abonnement

Eté 2018

COVER 67small
  • Enquête - Parcours vintage en Belgique
  • Les Jeux d'Hiver fêtent leurs 30 ans
  • Virée estivale à Anvers
  • + 1 grand supplément immobilier de 76 pages !
En vente chez votre libraire le 14 juin 2018.

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :