Marie Aflalo

Jeudi 29 mai 2014

C’est lors d’un voyage à Los Angeles, en 1983, que Marie Aflalo découvre ce qui fera l’objet de sa passion : la fantaisie, les couleurs flashy et la créativité des objets vintage américains. Déjà collectionneuse dans l’âme, cette Française qui habitait à Bruxelles avec sa famille, décide de se consacrer à la vente de mobilier et d’objets importés des Etats-Unis, typiques des années 40-50 Outre-Atlantique.

Dès 1983, sa première boutique Fiesta Galerie est ouverte rue du Cherche-Midi à Paris. Très vite, ses transistors, photos de pubs Coca-Cola et de pin-ups, ses panneaux anciens, et de nombreux jouets d’époque, créent l’engouement. Le succès aidant, la galerie déménage rue Quincampoix, puis rue Vieille du Temple en 1993.

En 2008, Marie Aflalo change d’adresse une dernière fois à Paris et décide d’élargir ses horizons. Dans le but de se rapprocher de ses enfants et petits-enfants belges, elle décide d’ouvrir avec sa fille une boutique à Bruxelles. Aussitôt dit, aussitôt fait, la boutique de la rue Darwin baigne dans un univers léger, coloré, acidulé, où se mêlent objets enfantins et mobilier vintage qui rappelle celui des “diners“ et des films cultes américains.

Marie Aflalo met un point d’honneur à remettre en état impeccable chaque objet qui passe entre ses mains. Un gage de qualité qui, allié au coût des transports et douanes, explique parfois le prix élevé des objets… Sans pour autant repousser les clients qui apprécient la créativité et les couleurs flashy de ces témoins d’un autre temps, l’originalité de ces pièces que l’on ne trouve pas ailleurs et le goût sûr des deux chineuses passionnées par une Amérique d’autrefois, qui fleure bon le bubble gum à la fraise…

• Fiesta Galerie, 24 rue du pont Louis Philippe, (angle rue François Miron), 75004 Paris, tél : +33 (0)1 42 71 53 34, site : fiesta-galerie.fr.

• La Petite Fiesta, 9 rue Darwin, 1190 Bruxelles, tél : 0479 66 92 74.

Articles associés

+ d'articles associés
Les Victors de JV 2019

Newsletter

Annonces immobilières

Offre spéciale d'avril à juin !

Vous êtes un particulier.
Profitez de notre promotion à - 50 %.

Vous êtes intéressé ? Cliquez ici

JV en kiosque - Abonnement

Février-Mars 2019

JV71
  • Enquête - le Parlement et les institutions européennes
  • Virée à Hasselt
  • Le renouveau du cœur de Liège
  • Racines: la Grand-Place de Bruxelles, une histoire franco-belge
  • Voyages: venez en Inde avec JV

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Rony »

    Rony ... soit qui mal se comporte.

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.

  • « Faire de son Jan »

    À la question de savoir ce que signifie « faire de son Jan » nous avons obtenu la réponse : « faire de son nez ». Clair, non ? Non ?