Sébastien Pottier

Paru dans JV 42 - Avril-Mai 2014 | Texte : Alain Lefebvre, Photos : Laetizia Bazzoni

L’histoire commence il y a 250 ans. Pas celle du jeune Sébastien Pottier à qui le dernier propriétaire de Meert a confié l’ouverture et la direction de la boutique bruxelloise et qui vient à peine de fêter ses 26 ans, mais celle de cette institution lilloise née au 27 de la rue Esquermoise en 1761.

Dans cette prospère cité marchande de la Flandre devenue française depuis tout juste un siècle, un drapier las de ce métier ingrat et très concurrencé, Arnould Joseph Delecour, décide de se lancer dans la fabrication et la vente de liqueurs et de chocolat. La mode est à la confiserie et profite de la découverte d’un chimiste allemand Marggraf, qui a mis au point quinze ans plus tôt la méthode pour isoler le sucre de la betterave. D’innombrables nouvelles techniques et le développement du commerce du cacao feront le reste et de cette petite boutique blottie au cœur du vieux Lille le temple de la gourmandise sucrée.

Se succéderont alors au 27 rue Esquermoise plusieurs familles : les Rollez dès 1773 qui transformeront l’échoppe en une bonbonnière scintillante et ajouteront les dragées et les bonbons fins. C’est ensuite en 1849, l’arrivée d’un Flamand d’Anvers, Michel Meert, qui a donné son nom conservé depuis par les propriétaires et qui « inventera » la célèbre gaufre fourrée au sucre, à la vanille de Madagascar et au beurre, aujourd’hui conditionnée en deux formats permettant de les conserver une dizaine de jours.

Les moules, ces célèbres moules à gaufres immortalisés par le capitaine Haddock, attestent de l’autre excellence de cette maison : le goût pour l’architecture, les beaux-arts et l’artisanat de qualité : la liste des architectes de renom, des dessinateurs et décorateurs de talent est impressionnante. C’est cet esprit qui fait le style Meert que l’on retrouve dans les deux boutiques parisiennes et désormais aux galeries Saint-Hubert à Bruxelles.

Sébastien Pottier, jeune père de famille lillois, qui découvrira par hasard que ses grands-parents comptaient parmi les associés de ces galeries bruxelloises dont il est aujourd’hui le locataire, est déjà un pilier de Meert où il est entré en 2009 après ses études hôtelières. Et c’est avec joie qu’il prend chaque matin le TGV de 7h32 et le soir celui de 19h17 pour porter le nom de Meert dans son pays d’origine.

Meert Bruxelles, 7 Galerie du Roi, tél : 02 503 29 44. Sites : meert.fr, lagaufremeert.com.
Ouvert du lu au di de 10h à 18h30.

En mai 2016, la boutique s'agrandit et accueille un salon de thé cosi et raffiné.

Les Victors de JV 2019

Newsletter

JV en kiosque - Abonnement

Eté 2019 - en vente le 14 juin

73small
  • La Belgique et son Histoire africaine
  • Georges Simenon, une énigme belge
  • Week-end à Bordeaux
  • Supplément Immobilier

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Oh my baby ! : anglicisme à la belge »

    On sait le goût de nos amis belges pour les anglicismes dont on nous dit qu’ils sont la conséquence de la coexistence non pacifique des deux langues majeures du pays.

  • « Djoum-djoum »

    Les synonymes belges de « barjot » ou « case en moins » sont aussi nombreux qu’imagés.

  • « Durum »

    Il semblerait que le Turc belge ne s’exprime pas comme le Turc français : l’appellation Kebab qui orne le fronton du snack turc de France est ici remplacé par Durum