Frédéric Montfort

Paru dans JV 49 - été 2015 | Photos : Laetitia Bazzoni

Comédien de formation, passionné de théâtre, ce Normand a choisi l’enseignement. Depuis 2011, il a pris la direction du cours Florent à Paris et ouvert deux antennes, à Montpellier et Bruxelles. Sans renier l’esprit du fondateur François Florent, il lui insuffle un esprit moderne et international.

Frédéric Montfort désirait devenir comédien. Après avoir fait ses classes au Conservatoire régional de Rouen, avec Jean Chevrin (dans la classe duquel furent formés Patrick Chesnais, Annie Duperey, puis Eric Caravaca ou Karin Viard) puis à l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, plus communément appelée « la rue Blanche », il commence à donner cours à des élèves comédiens au cours Florent. Ce cours, créé en 1967 par François Florent, était au départ un cours préparatoire au Conservatoire national, lequel ne disposait pas d’autres apprentissages pour faciliter aux aspirants comédiens l’épreuve d’un concours difficile. Peu à peu, l’école a pris une autonomie propre, et si sa réputation n’a jamais atteint le prestige de la grande maison de la rue du Conservatoire, elle a formé de grands acteurs et vu passer entre ses murs certains noms que le public a ensuite reconnus, comme Emmanuelle Devos, Sandrine Kiberlain, Pierre Niney ou Audrey Tautou.

Qu’il se soit agi de quelques mois ou de plusieurs saisons, mais souvent dans la « classe libre » créée par Francis Huster en 1978, ces comédiens ont acquis au cours Florent une certaine liberté de ton au service d’une pédagogie rigoureuse face aux grands textes. C’est cette approche qui a séduit Frédéric Montfort, qui a intégré les lieux il y a trente ans déjà. Passionné par le théâtre dans tous ses états, il est resté longtemps professeur avant de prendre la direction générale du cours Florent en 2011. Pour lui, l’art de la comédie va bien au-delà de l’expression de l’acteur, et si des dizaines d’aspirants comédiens foulent les planches du salles de classes chaque année, peu d’élus occuperont au final le devant de la scène. Ils seront nombreux, cependant, à s’épanouir dans les coulisses et à trouver leur voie dans les différents métiers passionnants que propose le théâtre, hors des feux de la rampe : Frédéric Montfort en est le vivant exemple. Un passage sous les projecteurs permet à tous de prendre la mesure de ce métier si particulier.

Longtemps cantonné à Paris, dans le XIXe arrondissement, le cours accueillait de nombreux élèves belges. L’ouverture d’une antenne à Bruxelles s’est donc imposée naturellement, différée pour cause de crise économique de 2008. C’est Julien Lanquetin, ancien élève et Français installé en Belgique il y a 5 ans, qui assure la liaison entre les bureaux de Paris et de Bruxelles, sous la houlette avisée de Frédéric. Depuis deux rentrées, 110 élèves ont été sélectionnés, et se retrouvent dans les très beaux locaux dénichés par Julien, derrière Tour & Taxis. En marge des étudiants réguliers, des stages sont prévus le mercredi pour les enfants et pour les adultes durant l’été. Frédéric se réjouit de l’enthousiasme rencontré en Belgique, et envisage déjà d’ouvrir d’autres écoles en Europe. La comédie, marché particulier, subit elle aussi les lois de l’internationalisation.

Site : coursflorent.fr.

Articles associés

+ d'articles associés

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Février - mars 2020 

COVER 77 mini
  • Enquête: études supérieures - France ou Belgique, comment choisir sa formation?
  • Talents belges: foire du livre, dix auteurs à suivre
  • Escapade à Mons, à Cadzand et dans le Kent 

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :