Lorraine Archambeaud (Bettina Vermillon)

Paru dans JV 55 - Eté 2016 | Photos : Mireille Roobaert

C’est en 2012 que Lorraine Archambeaud lance sa marque de souliers d’exception Bettina Vermillon. Cette Parisienne, designer formée aux Arts Décoratifs à Paris, a eu l’envie, après différentes missions et dix ans passés à travailler sur les collections d’accessoires et notamment de souliers pour Courrèges, de se consacrer à son propre projet.

C’est pour le protocole qu’implique leur réalisation que Lorraine opte pour les chaussures : « le soulier est très contraignant et assez émouvant parce que l’humain est encore vraiment partie prenante dans sa réalisation. Un soulier nécessite un vrai savoir-faire, la réelle expertise de différents métiers. Les contraintes, entre autres, de structure et de résistance, de la graduation du 36 au 41, me permettent de me cadrer. »

Parce qu’elle n’avait jamais mis les pieds dans des usines de fabrication de souliers et que la technique en est très spécifique, Lorraine Archambeaud retourne à l’école et suit un BTS dans un lycée technique à Paris.
C’est au niveau du talon que Lorraine Archambeaud souhaite faire la différence. « Le talon accompagne la femme dans sa façon de vivre : de danser, de séduire, de conduire, de s’accroupir devant ses enfants. Il doit être conçu pour “encaisser” ces différentes activités. » Pour mettre en valeur les lignes pures du talon et le rendre solide, elle décide de détourner une technique industrielle pour en faire une technique esthétique et utilise l’aluminium. Le talon, habituellement clouté, est ici vissé ; l’aluminium est « aéronautique » et donc tout à la fois solide, dense et léger. Plus de problèmes, donc, de talons qui se brisent en chemin, qui s’abiment déjà après quelques pas. « L’autre avantage est que la matière nous permet de façonner des talons de hauteurs différentes, de 7.5, 8.5 ou 10.5, et donc de répondre aux demandes de clientes aux envies très différentes. » Pour sa première collection hiver 2015-2016, Bettina Vermillon proposait déjà dix sortes de talons différents. Si la marque est française, la fabrication se fait en différents endroits d’Europe : « Les talons sont français, les souliers sont montés en Italie dans la région des Marches, au sud de Bologne, un des nombreux viviers du pur soulier italien extrêmement bien préparé. » L’anodisation (la technique permettant de protéger et de décorer les talons en aluminium) est quant à elle réalisée à Huy, en Belgique.

Depuis 2013, Lorraine Archambeaud est installée à Bruxelles. « Nous avions l’envie de laisser les bureaux de Bettina à la maison dans un premier temps, pour rester connectés à nos enfants. Arrivant du IXe à Paris, quartier minéral et très dense, je trouve ici un cadre doux et apaisant qui offre la concentration et l’efficacité indispensables. »

Avec « Bettina & moi », la créatrice propose aux clientes, dans un lieu pop-up (comme en septembre 2015 au H18 à Bruxelles) d’avoir un aperçu de la collection. Concernant les points de vente ? Le Printemps Haussmann, à Paris, mais également en ligne.


Bettina Vermillon, site : bettinavermillon.com.

Articles associés

+ d'articles associés
  • Français d'ici

    Christophe Nijdam - Finance Watch

    Paru dans JV 52 - décembre 2015 / janvier 2016

    Il a pris la direction de l’ONG Finance Watch en 2014.

  • Villes belges

    Bonnes adresses à Anvers

    Jeudi 26 novembre 2015

    Plus avant-gardiste que Bruxelles, cette ville portuaire flamande se réinvente chaque jour...

  • Français d'ici

    Nadine Flammarion

    Paru dans JV 45

    En famille, elle a ouvert un hôtel dans les Galeries Saint-Hubert

  • Français d'ailleurs

    Histoires stambouliotes

    Paru dans JV 43 - Eté 2014

    Stambouliote depuis août 2009, rien ne prédisposait Elodie Naftalski à quitter la région parisienne et son travail d’infirmière pour s’installer avec sa famille sur les rives du Bosphore. Et pourtant…

  • Français d'ici

    Chantal Rens

    Paru dans JV39

    Cette psycho-sociologue Française mariée à un Belge s'est lancée dans le conseil et l'orientation personnelle. 

  • Français d'ici

    Isabelle Cattelat

    Paru dans JV 45

    La couture est devenue sa passion. Après quelques allers-retours entre Bruxelles, Paris et ses terres natales à Montpellier, Isabelle a ouvert avenue Louise une "Maison de Couture" qui dispense cours et ateliers.

  • Talents

    Fabienne Delvigne

    Paru dans JV 43

    Cette modiste coiffe depuis des décennies tous les mariages chics et baptêmes royaux du Nord de l’Europe.

  • Français d'ici

    Famille Mazel

    Paru dans JV 49 - été 2015

    Si dans la famille Mazel, on demande d’abord le père, c’est que sans lui rien n’eut été possible, et que la galerie qui porte son nom n’aurait pas vu le jour.

  • Français d'ici

    Thierry Chenain - Pierre Fabre

    Paru dans JV 51

    L’été dernier, ce Français est arrivé à Bruxelles comme directeur général de la dermo-cosmétique chez Pierre Fabre.

  • Français d'ici

    Patrice Besse et Stéphane Schweitzer

    Jeudi 15 mai 2014

    En 20 ans, Patrice Besse a fait de l’agence immobilière familiale un groupe haut de gamme français. Il arrive à Bruxelles avec Stéphane Schweitzer.

  • Musées

    Le MOMU

    Lundi 16 avril 2012

    Musée de la Mode, situé dans le temple de la mode, le ModeNatie à Anvers, alterne deux grandes expositions thématiques par an.

  • Français d'ici

    Mate Bacic - Alex Matthews

    Paru dans JV 50

    Après avoir fait ses armes dans la mode, ce trentenaire a lancé Alex Matthews, une boutique de vêtements sur mesure.

Les Victors de JV 2019

Newsletter

Annonces immobilières

Offre spéciale d'avril à juin !

Vous êtes un particulier.
Profitez de notre promotion à - 50 %.

Vous êtes intéressé ? Cliquez ici

JV en kiosque - Abonnement

Février-Mars 2019

JV71
  • Enquête - le Parlement et les institutions européennes
  • Virée à Hasselt
  • Le renouveau du cœur de Liège
  • Racines: la Grand-Place de Bruxelles, une histoire franco-belge
  • Voyages: venez en Inde avec JV

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.

  • « En affaire »

    Quand on est "en affaire" en Belgique, on n'est pas en train de négocier un gros coup, on est juste "affairé".

  • « Oui Chef ! »

    "Dans le chef..." une expression courante.