Hugues Tomeo, il fond pour le chocolat.

Paru dans JV15, oct-nov 2009 | Texte : Aurélie Koch, Photos : Serge Anton
© Serge Anton

 

Hugues Tomeo, il fond pour le chocolat.

 

Longtemps employé au sein du secteur de l’industrie textile et de la diffusion de luxe, ce Français qui vit entre Bruxelles et Paris a rejoint le crème de la crème… de la praline belge : Neuhaus !

 

« Je travaille pour le chocolatier Neuhaus depuis 5 ans, et suis en permanence entre Paris et Bruxelles. En fait, j’ai deux maisons. Ma vie professionnelle est ici, mais je dois bien avouer qu’en dehors de certains rendezvous ou quelques dates exceptionnelles, je rentre à Paris chaque week-end. Mon rôle est celui d’un consultant, après avoir exercé de nombreux postes dans diverses directions.

J’ai commencé ma carrière en 1972. À la sortie de mes études aux Arts appliqués, j’ai créé ma société. J’étais donc très jeune ! Je fabriquais des jupes pour la marque Céline, et cela a été déterminant dans mon parcours, puisque ce premier contact avec les tissus s’est prolongé dans beaucoup d’autres expériences. J’ai en effet lancé ensuite le développement du prêt-à-porter de Guy Laroche, puis j’ai exploré le prêt-à-porter « hommes », du côté de la diffusion chez Yves Saint Laurent. J’ai travaillé sur de nombreuses identités de marques, avant de revenir à mes premières amours : le textile, pendant cinq ans chez Boussac. Ensuite, j’ai fait un break d’un an pour développer ma passion de la photo, en travaillant pour des magazines, avant de réintégrer une société. Bref, mon parcours est assez cohérent, mais j’ai changé régulièrement de poste et de marque pour ne pas céder à la lassitude, et aussi parce qu’on venait me chercher !

Aujourd’hui, j’ai rejoint l’équipe de Jos Linkens, qui est CEO de Neuhaus. Je suis consultant, ce qui me permet d’avoir une vision extérieure et constructive face à une marque à l’identité complexe : si les Belges y sont très attachés, elle est si ancrée dans la mémoire gustative et visuelle du pays que remettre au goût du jour son image n’est pas si simple. Le simple code couleur vert et or était à dépoussiérer, sans pour autant créer trop de changements.

Il y a deux ans, Neuhaus a fêté ses 150 ans. Pour rentrer dans l’esprit de ce XXIe siècle, il faut redéfinir toute l’image… sans pour autant décevoir les amateurs de chocolat qui viennent avant tout par gourmandise ! »

Site : neuhaus.be.

 

Ses bonnes adresses :

 

 

Pour l’Opéra, La Monnaie, site : lamonnaie.be.

Une coutellerie : Le Grand Rasoir – 7 rue de l'Hôpital, 1000 Bruxelles, tel : 02 512 49 62.

Pour dîner : Le Pigeon Noir – 2 rue Geleytsbeek, 1180 Bruxelles, tel : 02 375 23 74.

Un resto italien : Easy Tempo – 146 rue Haute, 1000 Bruxelles, tel : 02 513 54 40.

Une bonne table : La Belle Maraîchère – 11 place Sainte-Catherine, 1000 Bruxelles, tel : 02 512 97 59, site : labellemaraichere.com.

Articles associés

+ d'articles associés

Inscrivez-vous à nos newsletters

Recevez deux fois par mois nos bons plans et idées pour vos week-ends !

JV en kiosque - Abonnement

Déc.-Jan. 2018

couvJV64mini
  • Enquête généalogie: vos ancêtres sont-ils Belges ?
  • Bonnes adresses : les meilleurs traiteurs à domicile
  • Redécouvrir le centre de Bruxelles
  • La danse en Belgique
En vente chez votre libraire le 7 décembre 2017.

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :