Michèle Boccoz, quand diplomatie rime avec énergie.

Paru dans JV16, déc-janv 2010 | Texte : Alain Lefebvre, Photos : Serge Anton

 Michèle Boccoz, quand diplomatie rime avec énergie.

 


Le nouvel Ambassadeur de France à Bruxelles… est une femme. Et « madame l’Ambassadeur » n’a pas le caractère à faire de la figuration dans les soirées, et compte bien profiter de ses nouvelles fonctions pour agir efficacement dans des domaines qui lui sont chers.

 

Michèle Boccoz a quitté fin septembre le cabinet de Bernard Kouchner pour prendre son premier poste « bilatéral » à l’Ambassade de France à Bruxelles. Cette battante sortie de l’ENA en 1991, va ainsi pouvoir assouvir son goût pour l’international et sa passion pour la découverte de nouvelles cultures.

En sortant de l’ENA, Michèle Boccoz choisit la diplomatie. Après trois années passées au Quai d’Orsay aux affaires économiques et financières, il lui est rapidement confié des responsabilités multilatérales. De 1994 à 1997, elle est premier secrétaire à la représentation de la France aux négociations de Vienne, puis de 1997 à 2001 elle est en poste à Genève, à la représentation permanente de la France auprès de l’office des Nations unies. Là elle travaille beaucoup avec les agences spécialisées et avec l’OMS. C’est ainsi que tout naturellement elle acceptera son détachement auprès de l’Institut Pasteur, où elle dirigera de 2001 à 2007 les affaires internationales. Sous sa responsabilité, le nombre d’instituts Pasteur à l’étranger passe de 21 à 30. À chaque fois, ces implantations nécessitent des démarches complexes, depuis les contacts avec les autorités locales jusqu’aux projets scientifiques en passant par la recherche des financements.

Cette expérience séduira Henri Proglio, le patron de Veolia, qui la « débauchera » en 2007 pour lui confier une direction des affaires internationales. Elle y mettra en place la politique d’intégration souhaitée par son président pour regrouper les quatre métiers du groupe sous des structures et dans des localisations communes. Elle y mettra également sur pied une grande étude internationale sous la forme d’un observatoire des modes de vie urbains qui permettra au groupe de mieux définir sa stratégie pour les dix ou vingt ans à venir. Un appel téléphonique du cabinet de Bernard Kouchner la ramènera brutalement au service public. Elle quittera Veolia en trois jours pour entrer au cabinet du ministre des Affaires Etrangères où elle restera un an avant qu’on lui propose le poste bruxellois.


Depuis son arrivée fin septembre, elle a pris à bras le corps tous les dossiers en instance avec énergie et méthode : la capacité d’accueil du Lycée français de Bruxelles, à court et moyen terme; la coopération transfrontalière; les relations avec les communautés néerlandophones et germanophones et bien entendu wallones; les échanges croisés entre entreprises françaises et belges. Rien ne semble devoir arrêter son appétit pour l’action.

 

 

 

Ambassade de France - 42 b du Régent, 1000 Bxl, tel : 02 548 87 11, site : ambafrance-be.org.

Newsletter

JV en kiosque - Abonnement

Septembre 2018

JV68smallsmall
  • Enquête - Le vin en Belgique
  • Notre cahier spécial finance sur la succession
  • Virée automnale à Malines
  • Découverte de la communauté tango
En vente chez votre libraire le 07 septembre.

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « En affaire »

    Quand on est "en affaire" en Belgique, on n'est pas en train de négocier un gros coup, on est juste "affairé".

  • « Allez, Allons-y »

    Une ponctuation très belge, utilisée par tous les belges.

  • « Brol »

    Machin, truc, chose et compagnie !