Janvier : la BRAFA

Jeudi 23 janvier 2014 | Texte : Aurore t’Kint

Créée en 1955, la Foire des Antiquaires est née de l'initiative d'une vingtaine d'antiquaires voulant faire partager leur amour mutuel du beau à un public amateur.

Pourquoi ce rendez-vous est-il si particulier ? Outre le haut niveau de qualité de l'ensemble de la foire, son éclectisme est ce qui la distingue le plus : à la BRAFA, pas de regroupement par époques ou expressions artistiques, mais un mariage harmonieux des styles et des époques. Maintenir le regard du visiteur en éveil... est le pari des organisateurs.

Voir ici le programme de la BRAFA 2020.

macaronelu

 

 

La BRAFA a été élue meilleur événement culturel belge dans le domaine des arts lors des Victors 2015 ! 


Dates clés :

1955 : Première édition de la Foire des Antiquaires de Belgique

La Foire des Antiquaires a été créée alors que très peu de foires internationales existaient.
C’était à l’époque un tour de force de parvenir à réunir marchands et acheteurs durant quelques jours dédiés à l’art. « Mon père faisait partie des initiateurs du projet et participa depuis la première édition de la foire dans la salle Arlequin de la galerie Louise », explique Christian Vrouyr, le plus ancien exposant de la foire et actuellement secrétaire général de la BRAFA.

1967 : La Foire des Antiquaires investit le Palais des Beaux-Arts

Petit à petit, la Foire des Antiquaires prend de l’ampleur, en s’installant en 1967 au Palais des Beaux-Arts, haut lieu de culture lui conférant une image digne de la qualité des exposants. « Nous étions si fiers d’avoir dépassé 8.000 entrées ! », se souvient le secrétaire général.

1995 : Ouverture de la Foire aux exposants étrangers

2004 : Déménagement de la Foire vers Tour & Taxis

En 2004, la Foire des Antiquaires investit le site de Tour & Taxis, encore un pas en avant dans l’ascension vers toujours plus d’exposants, de visiteurs et surtout d’excellence dans un endroit qui est une véritable perle du patrimoine architectural industriel national.

2007 : Elle devient la BRAFA

« La Foire des Antiquaires ne correspondant plus au développement de l’exposition, on la baptisa BRAFA, un choix confirmé en 2014 par l’adoption d’une nouvelle identité visuelle », explique Harold t’Kint de Roodenbeke, qui assure la présidence de la BRAFA depuis l’année dernière pour une durée de trois ans.

2014 : Nouvelle identité visuelle, nouvelle communication


Quelques témoignages

 

 

Autres témoignages...

Parmi les Belges habitués de la BRAFA, la famille Vervoordt, présente depuis les débuts de la Foire, apprécie aussi le caractère humble et respectueux de l’objet d’art qui distingue la BRAFA parmi les autres foires.

« J’ai des souvenirs d’enfance d’avoir accompagné mon père (Axel Vervoordt) à la foire des Antiquaires afin d’y chiner l’un ou l’autre objet d’époques diverses », raconte Boris Vervoordt, qui a grandi parmi des œuvres aussi éclectiques qu’un coffre moyenâgeux ou un mobile de Tinguely.

« Lorsqu’elle occupait le magnifique bâtiment Horta du Palais des Beaux-Arts, la Foire laissait parler les œuvres d’art dans cet écrin de choix. La même énergie rayonne à Tour et Taxis. »(Boris Vervoordt)

« Plus l’objet sera présenté dans toute sa pureté, sans environnement étouffant, plus sa beauté éclatera aux yeux de celui qui regarde », conclut Boris Vervoordt.

L’avis de Florence de Volder sur l’arrivée en masse des exposants français bien plus nombreux que leurs homologues belges est plutôt élogieux à l’égard de la population du Plat pays : 

« Il est évident que les exposants français ont suivi leur clients, mais cela s’explique aussi parce que la Foire est bien organisée et que les Belges sont charmants et plein d’humour ! Ils possèdent une curiosité audacieuse et sont très accueillants envers les marchands. La relation de confiance s’obtient bien plus facilement qu’en France, ce qui donne lieu à des échanges qui même s’ils ne sont pas toujours économiques, sont très enrichissants », conclut la galeriste française.

La galerie française David Ghezelbash qui offre une sélection d’œuvres d’art archéologique du Bassin méditerranéen, vient pour la deuxième fois à la BRAFA, une foire qu’elle apprécie aussi pour le goût éclectique des collectionneurs belges :

« Les Belges sont historiquement attirés vers l’art tribal et l’archéologie. Leur engouement se retrouve chez une clientèle variée appréciant tant le design contemporain qu’un marbre antique », explique David Ghezelbash, fondateur de la galerie.

Pour Jean-Jacques Dutko, antiquaire pionnier de l’Art déco et passionné d’Art contemporain, la Belgique est synonyme de simplicité, de chaleur, tout en étant très bien organisée :

« A la différence des Français, les acheteurs belges n’ont aucune limite d’âge pour acquérir du contemporain. Leur âme est pétillante de curiosité, sans a priori. La Belgique est un pays sans prétention malgré ses talents, et c’est pour nous un véritable plaisir d’apprécier leur art de vivre durant cette foire », s’enthousiasme Guillaume Savin, directeur de la galerie Dutko.

 

 

Articles associés

+ d'articles associés
  • Salons & foires

    BRAFA 2014

    Du samedi 25 janvier 2014 au dimanche 2 février 2014

    Le rendez-vous incontournable des amateurs d'art, à Tour et Taxis du 25 janvier au 2 février 2014.

  • Où se loger ?

    Les Marolles

    Paru dans JV48 - Avril-Mai 2015

    C’est ici que le mot « Brusseleir » prend tout son sens !

  • Vivre la Belgique

    BRAFA 2014 : témoignages

    Jeudi 23 janvier 2014

    La BRAFA s’est construite sur une volonté d’inviter les amateurs d’art à rencontrer les marchands de façon informelle et chaleureuse.

  • Salons & foires

    BRAFA 2014 : zoom sur la scénographie

    Du vendredi 24 janvier 2014 au dimanche 2 février 2014

    Une autre particularité de la BRAFA : la décoration des espaces d'accueil, qui contribue largement à instaurer cette atmosphère si chaleureuse et conviviale.

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Février - mars 2020 

COVER 77 mini
  • Enquête: études supérieures - France ou Belgique, comment choisir sa formation?
  • Talents belges: foire du livre, dix auteurs à suivre
  • Escapade à Mons, à Cadzand et dans le Kent 

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :