Juin : la bataille de Waterloo

Jeudi 19 juin 2014 | Texte : Franceline Beretti, Photos : Ezequiel Scagnetti

Rappel historique : que s’est-il passé le 18 juin 1815 ? Le mythe de Waterloo

Un an plus tôt, en 1814, Napoléon est en exil à l’île d’Elbe, sur ordre de Louis XVIII. C’était sans compter l’esprit batailleur du Corse, qui, après 300 jours, en février 1815, embarque pour la France, fédère des soldats sur son chemin vers Paris et fait fuir le monarque à Gand. Le 1er mars, il est restitué à la tête du pays. C’est le début de la période dite des Cent Jours, désignant son second règne. Seulement, les pays voisins ont déjà suffisamment souffert des ambitions de l’Empereur.

En Belgique, deux armées sont en état de se battre pour l’empêcher de régner à nouveau en Europe : celle des Prussiens, avec le maréchal Blücher à sa tête, et celle des Alliés (Britanniques, Allemands, Néerlandais) avec le duc de Wellington au commandement.

L’attaque est donnée par Napoléon Ier le 15 juin. La bataille de Quatre-Bras, suivie de la bataille de Ligny, sont des préludes au grand choc resté dans l’histoire : la bataille de Waterloo du 18 juin 1815, la dernière à laquelle l’Empereur prend part personnellement. Attention, son nom est trompeur ! Les combats ont en fait eu lieu sur les communes actuelles de Lasne et de Braine-l’Alleud. Selon les sources, les chiffres varient beaucoup mais environ 125.000 hommes ont été enrôlés dans la Grande Armée pendant la campagne de Belgique.

Les Alliés, eux, réunissaient 210.000 soldats. Au bout d’une longue journée d’affrontements dans la boue qui donnera lieu à de mythiques récits plus ou moins fantasmés, dont celui de Victor Hugo dans Les Misérables, les troupes impériales sont battues. Le bilan humain est lourd : 40.000 morts côté Français, autour de 22.000 côté Alliés. Pour Napoléon, la défaite est fatale puisqu’elle entraîne sa fin définitive, avec l’exil à Sainte-Hélène. En 1815, la France est donc privée de son plus grand génie militaire ou débarrassée d’un tyran massacreur de trop nombreuses vies, selon les points de vue. L’un n’empêchant pas l’autre. En tous les cas, l’Europe et le monde entrent dans une nouvelle ère.

 

En 2018, le week-end historique aura lieu les 23 et 24 juin 2018, principalement à la Ferme de Hougoumont et au Dernier QG de Napoléon à Genappe.

Samedi 23 juin de 10h à 18h : bivouacs alliés à la Ferme d'Hougoumont, bivouacs français au Dernier QG de Napoléon.

Dimanche 24 juin de 12h à 16h : bivouacs alliés à la Ferme d'Hougoumont, bivouacs français au Dernier QG de Napoléon,       À 10h30 : reconstitution de l'attaque de la ferme d'Hougoumont (gratuit). Tarif d'entrée aux bivouacs: 5€/ personne - gratuit pour les - 7 ans. Pas de réservation. Parking gratuit au Mémorial 1815 - Navettes gratuites entre les bivouacs. (Photo : E. Scagnetti)

Clin d'oeil à 2018 : le match Belgique - Tunisie sera projeté sur grand écran à 14h...

Plus d'infos : http://www.waterloo1815.be rubrique : week-end historique.

Inscrivez-vous à nos newsletters

Recevez nos bons plans et idées pour vos week-ends !

JV en kiosque - Abonnement

Eté 2018

COVER 67small
  • Enquête - Parcours vintage en Belgique
  • Les Jeux d'Hiver fêtent leurs 30 ans
  • Virée estivale à Anvers
  • + 1 grand supplément immobilier de 76 pages !
En vente chez votre libraire le 14 juin 2018.

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Pourquoi pas orthopède »

    On en a beaucoup parlé ces temps derniers lors des inscriptions massives de Français dans des filières d’enseignement paramédical ...

  • « m2 pas Carrez »

    Attention : il n’y a pas de loi Carrez en Belgique, c’est donc toujours moins ! Il arrive même que l’épaisseur des murs soit comprise dans la surface !

  • « Hall de nuit »

    Une sorte de vestibule.