Tour japonaise, Pavillon chinois et Musée d'Art japonais

Paru dans JV10, Décembre-janvier 2008 | Texte : Aurélie Koch

Beaucoup de Bruxellois pensent que ces surprenantes constructions, proches du domaine de Laeken, sont des vestiges de l’Exposition universelle de 1958, au même titre que l’Atomium.

Grossière erreur ! Ces trois bâtiments, qui accueillent aujourd’hui les Musées d’Extrême-Orient (rassemblant près de 7.500 estampes mais aussi des pièces de métal, des armures, des textiles, des céramiques, des sculptures, des peintures et des laques, datant principalement de l’époque Edo (1600-1868)), ont pour origine le projet décidé par Léopold II (encore lui !) de construire près du domaine royal différents bâtiments exotiques, répondant ainsi à l’intérêt porté aux cultures asiatiques à l’aube du XXe siècle.

La Tour japonaise, construite pour l’Exposition universelle de Paris en 1900, fut rachetée par ce même roi et reconstruite à l’identique à Bruxelles.

Le Pavillon chinois, quant à lui, fut achevé en 1910 et transformé en musée un peu plus tard.

Enfin, le Musée d’Art japonais s’est installé en 2006 dans les écuries de ce fameux Pavillon chinois.

Tout cela n’a donc rien à voir avec 1958…

44 avenue Van Praet, 1020 Laeken  – T. 02 268 16 08, site : kmkg-mrah.be. 

Attention ! Musées en cours de rénovation ! Les oeuvres d'art ont été transportées dans les réserves du Musée du Cinquantenaire. Une petite sélection de porcelaines Chinoises d'exportation est présentée dans les salles Chine.

 

Articles associés

+ d'articles associés

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Février - mars 2020 

COVER 77 mini
  • Enquête: études supérieures - France ou Belgique, comment choisir sa formation?
  • Talents belges: foire du livre, dix auteurs à suivre
  • Escapade à Mons, à Cadzand et dans le Kent 

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :