Un talent nommé Massant

Paru dans JV15, Octobre-novembre 2009 | Texte : Viviane Eeman, Photos : Nicolas Tosi

Dans un immense atelier de Ghislengien, un artisan hors du commun réédite des sièges, fauteuils et bergères du XVIIIe au XXe siècle. Un travail minutieux et amoureux, qui transforme chaque siège en témoin unique de l’histoire. Ce savoir-faire s’exporte désormais à travers le monde.

« Le siège n’a rien d’un meuble. Pour moi, c’est un objet. Il représente l’aspect esthétique de chaque période de l’histoire. Il en est le résumé. »

 

Thierry Massant, un passionné

 

Le déclic, il l’a eu très jeune. Lorsqu’un de ses professeurs de secondaire, désireux d’apprendre à ses élèves l’évolution des styles, décide de baser son enseignement sur l’histoire des sièges. Illico, le jeune Thierry est captivé.

Devenu plus tard historien d’art, il suivra aussi des cours d’ébénisterie et exercera quelque temps comme antiquaire. Le début d’une aventure inouïe dont l’aboutissement est ce bâtiment de 2000 m2 qui conjugue les couleurs chaudes et l’aluminium, au coeur de la zone industrielle de Ghislenghien.

Résolument contemporain, cet espace abrite depuis 2001 les ateliers Massant, largement ouverts sur la campagne environnante, ainsi que ses bureaux et des stocks volumineux qui permettent de répondre dans un délai de 8 à 10 semaines aux demandes. Sans compter la salle d’exposition où l'on trouve en majorité des sièges, chaises et fauteuils, mais aussi des canapés, consoles, lits, un parement de cheminée en bois sculpté et même une petite niche XVIIIe des plus douillettes !

 

Inscrivez-vous à nos newsletters

Recevez deux fois par mois nos bons plans et idées pour vos week-ends !

L'agenda

Les bonnes adresses de JV

couvHSBA6
Encore plus de
bonnes adresses
dans notre guide !

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Deux ! »

    Langage de la cour de récré belge. " Pouce ! "

  • « Ket »

    Un "ket" en Belgique est un enfant...

  • « m2 pas Carrez »

    Attention : il n’y a pas de loi Carrez en Belgique, c’est donc toujours moins ! Il arrive même que l’épaisseur des murs soit comprise dans la surface !