Les châteaux de la Meuse

Jeudi 1 août 2019 | Texte : François Struzik

 Au fil de la Meuse, les châtelains ouvrent leurs portes en été

La vallée de la Meuse, dans la région « du Condroz », n’est qu’à une demi-heure de Bruxelles, en direction de Namur. Elle recèle de nombreux châteaux, dont certains n’ouvrent leurs grilles qu’en été.

Le ballet des péniches et des bateaux s’arrachant des quais et des écluses de la Meuse avec tant de calme fait oublier l’importance du fleuve dans l’histoire de la région du Condroz, dont Namur fait partie. La citadelle qui domine la ville atteste d’ailleurs, par ses remparts, du rôle de couloir d’invasion et de conquête des berges du fleuve. Bordant le fleuve ou enfouies dans les campagnes, les quelques forteresses ayant traversé les siècles cachent, derrière leurs murs austères, un art de vivre typiquement mosan. Devenues résidences secondaires de prestige, demeures familiales, jardins historiques ou ruines médiévales, ces châteaux sont à découvrir aux détours des routes sinueuses de cette région. Nous vous proposons un parcours en neuf étapes, pour aller à la rencontre des plus étonnants.

 

Etape 1 : Modave

chateau_modave.png

Au XIIIe siècle, Modave est une place forte féodale cons- tituée d’un donjon à flanc d’un pic rocheux surplombant la rivière. Puis le château évolue, s’équipe d’appartements et de dépendances... avant de brûler partiellement au début du XVIIe siècle. Ce drame, loin de signifier son arrêt de mort, marquera sa renaissance : en effet, le Comte de Marchin décide alors de le reconstruire dans la modernité du style du début du règne de Louis XIV. Un parc et des jardins « à la française » lui apportent cette élégance assez inédite dans les provinces des Pays- Bas. Demeuré « dans son jus », il recèle un mobilier absolument exceptionnel dans ses salons, avec des arbres généalogiques et des lambris peints.

Château de Modave - Rue du Parc 4 à 4577 Modave - tél: 085/41 13 69 - site: modave-castle.be - Ouvert du 1er avril au 15 novembre, tous les jours de 10h à 18h - Visite: 9€ et gratuit pour les enfants de moins de 12 ans. 
Parcours : de Bruxelles, prendre la E411 vers Namur, puis N4 vers Marche, sortie Ciney, N97 direction Modave-Liège.

 

Etape 2 : Spontin

spontin.png

À quelques mètres du centre géographique de la Wallonie, le château de Spontin garde tout son mystère. À l’époque de sa grandeur, Spontin est à la marche du comté de Namur et son rôle est essentiel pour contenir les assauts liégeois. Resté à l’identique depuis son apogée au XVIe siècle sous les seigneurs de Beaufort, le château ne peut qu’attirer les amoureux du Moyen Âge. Revendu, le château est presque rendu accessible au public lorsque son dernier propriétaire – après avoir tout restauré – est assassiné. Visibles uniquement depuis les berges, les deux tours médiévales se reflètent mélancoliquement dans les douves qu’abreuve la petite rivière du Bocq.

Château de Spontin (uniquement visible de l'extérieur) - chaussée de Dinant, 16 à 5530 Yvoir
 Parcours : Spontin est à 34 km de Modave, via la N946 et le village d’Evelette.
 

Etape 3 : Vêves

veves.png

Alors que le relief et la nature semblent plus âpres, le château de Vêves a conservé une partie de ses caracté- ristiques extérieures de forteresse, tel que le Xllle siècle l’a connu. Habité par la famille de Liedekerke-Beaufort depuis 800 ans, il se transforme au fil des siècles en demeure cossue, dans des styles Louis XV et XVI. La salle d’armes, intacte, lui conserve son âme de fort médiéval.

Château de Vêves - Noisy 5 à 5561 Celles, tel : 082 66 63 95, site : chateau-de-veves.be - Ouvert du 06 avril au 03 novembre durant les weekends et jours fériés, tous les jours du 15 juillet au 31 août, tous les jours durant les vacances de Pâques et de Toussaint - visite : 8€ et 5€ pour les enfants de plus de 5 ans.
Parcours : après l’abbaye de Leffe, tourner à gauche vers Anseremme. Passer à côté du rocher Bayard et remonter vers Furfooz à Anseremme, ensuite c’est Vêves.
 

Etape 4 : Freÿr

freyr.png

Au XIVe siècle, Freÿr n’est qu’un modeste château-fort en bord de Meuse dont la mission est de contrôler un gué à la frontière du Comté de Namur et de la Principauté de Liège. C’est pourtant aux dieux scandinaves Freyr et Freya que le site doit son nom. La destinée de Freÿr prend son envol après la destruction du château au XVIe siècle : reconstruit dans un style Renaissance, il s’agrémente de jardins. Ceux-ci ne cesseront pas d’être repensés et accueilleront une orangerie – dont certains arbres ont plus de 300 ans – des bassins et des kilomètres de charmilles géométriquement disposées. Toujours propriété de la même famille depuis 20 générations, le château s’enorgueillit d’avoir hébergé des têtes couronnées. De facture classique, jardins et château émerveillent grâce à l’écrin exceptionnel que créent la forêt, la Meuse et la roche.

Château de Freÿr - Freÿr,12 à 5540 Waulsort - Hastière - tél : 082 22 22 00, site : freyr.be. Ouvert tous les jours sauf le lundi du 1er avril au 15 novembre de 11h à 17h. Visite : 8,5€.
Parcours : à 25 km de Vêves. Traverser la Lesse par la N910 vers Mesnil-St-Blaise. Redescendre vers Hastière par la N915 et longer la Meuse par la N96, vers Dinant.
 

Etape 5 : Montaigle

montaigle.png

Abandonnées depuis le XVIe siècle, les ruines de Montaigle couvrent un éperon rocheux dominant la vallée de la Molignée. Tombé lors d’une des nombreuses guerres que connut la région, il fut abandonné et incendié.

Château de Montaigle - rue du Marteau,10 à 5552 Onhaye -tel : 082 69 95 85, site : montaigle.be - Ouvert tous les jours en été de 11h à 18h. Visite : 4 €
Parcours :17 km depuis Freÿr. Après le château de Freÿr, remonter la toute petite route vers Onhaye, se diriger ensuite vers Weillen et Falaën. Redescendre vers la gare de Falaën, et à droite le long de la Molignée.
 

Etape 6 : Poilvache

Planté aux abords d’un à-pic rocheux, le château de Méraude était la plus grande forteresse de la vallée de la Meuse. Le paysage qui l’entoure n’usurpe pas le premier nom du site : château de l’émeraude. Le château fut appelé Poilvache après que des assaillants se soient recouverts de peau de ruminants afin de s’y introduire ! Le site est aussi exceptionnel pour les vestiges de la cité de plusieurs hectares qu’il abritait en son sein.

Château de Poilvache - chemin de Poilvache 3 à 5530 Yvoir - tél : 082 61 36 82 - site : poilvache.be - Ouvert tous les jours en été. Visite : 2 €.
Parcours : à 9 km de Montaigle. Descendre la Vallée de la Molignée (N971) jusqu’à Anhée. Traverser la Meuse et tourner à droite jusqu’à Houx, d’où l’on monte au château.


Etape 7 : Annevoie

annevoie.png

Au XVIIIe siècle, Annevoie n’est qu’une gentilhommière quand Charles-Alexis de Montpellier commence à transformer la demeure dont il vient d’hériter. Devenu dès lors un véritable château, la propriété se dote de jardins somptueux qui traversent les générations et dont les
styles embrasseront les modes : jardins à la française, à l’italienne, à l’anglaise. Le génie réside dans la gestion de l’eau des bassins qui fonctionnent par de simples vases communicants. Les lignes symétriques du jardin à la française laissent la place aux bosquets et sources naturelles, aux recoins de verdures et canaux tranquilles. Pour profiter des jardins, venez tôt le matin.

Jardins et Château d’Annevoie - rue des Jardins,37a à 5537 Annevoie - tél : 082 67 97 97 - site: jardins.dannevoie.be - Ouvert tous les jours en été. Visite : 8,50€ 
Parcours : 9 km depuis Houx. Longer la Meuse (N92) jusqu’à Godinne et emprunter le petit pont jusqu’à Annevoie. Prendre la N932 en direction de Bioul.
 

Etape 8 : Lesves

lesves.png

Situé au cœur du village de Lesve, le château semble ignorer son voisinage, résolument tourné vers la campagne. Ce château du XVIIe siècle, ancien relais de chasse, est habité depuis la guerre par la famille Henry de Frahan. L’orangerie s’ouvre sur le bassin et les jardins en escaliers tandis qu’une drève semble inviter à l’escapade. Pour Mme Henry de Frahan, faire profiter de ce cadre propice au ressourcement est une seconde nature : au soleil, dans un jardin entouré de roses, goûtant à ses confitures légendaires, on n’en doute pas un instant !

Château de Lesve - rue Jules Demeuse 10 à 5170 Lesve - Profondeville - tél: 081 43 31 65 - Visite sur demande
Parcours : 8 km depuis Annevoie. Remonter jusqu’à Bioul. Tourner à droite vers Arbre, ensuite Lesve.
 

Etape 9 : Ostin

ostin.png

Cet ancien prieuré-ferme transformé en château classique au XVIIIe siècle était à l’abandon depuis 30 ans lorsque M. et Mme Boucher l’ont racheté. Ce photographe et sa femme musicienne quittaient Bruxelles avec un projet : créer une école de musique. Le château, rénové avec soin, se tient bien à l’abri des regards. La sobriété de son parc, le classicisme de ses lignes, en font un endroit idéal pour la concentration : chaque année, des centaines de jeunes musiciens venus de Belgique, France, USA, Japon, etc., viennent y perfectionner leur art.

Château d’Ostin - rue d’Ostin,3 à 5080 La Bruyère, tél : 081 51 23 33 - site : ostin.be - Visite sur demande, stages de musique en été.
Parcours : 24 km depuis Lesves. Emprunter la N951 vers Wépion. Longer la Meuse vers Namur. À l’entrée de Namur, emprunter la « route merveilleuse » qui monte sur la citadelle et redescendre vers la Sambre. Prendre la direc- tion de Gembloux (N904). À Rhisnes, direction Emines puis la N934 en direction de la E411. Après le village de Villers- lez-Heest, emprunter la drève à droite vers le château.

Articles associés

+ d'articles associés
Les Victors de JV 2019

Newsletter

JV en kiosque - Abonnement

Eté 2019 - en vente le 14 juin

73small
  • La Belgique et son Histoire africaine
  • Georges Simenon, une énigme belge
  • Week-end à Bordeaux
  • Supplément Immobilier

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Communales »

    En octobre auront lieu les élections communales. C’est ce que nous appelons en France les municipales.

  • « Tartines »

    Un concept à part entière...

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.