Woodbury Jewelry

Jeudi 11 avril 2019

Diplômée en Psychologie, Gaëlle Woodbury est créatrice et psy. Passionnée de joaillerie, elle déroule les maillons de la chaîne entre l'âme et le corps : ses pendentifs et bagues « Love on the Beat » en forme de palpitations cardiaques (captée sur la personne dont l'électrocardiogramme servira de modèle au dessin), ou « Touch me forever » (des empreintes digitales transformées en motifs) font de ses bijoux des talismans chargés d’une précieuse dimension émotionnelle. Sa formation de thérapeute la sensibilise aux liens de l’amour, du transgénérationnel, au vide, au rêve. Chaque pièce est réalisée à la main à Anvers, et matérialise la version moderne « d'offrir son coeur ». L'amour vrai, c'est de l'or.

Rue Mignot Delstanche 51 à 1050 Bruxelles – www.woodbury-jewelry.com

 

SÉLÉCTIONNÉ POUR LES VICTORS 2019 DANS LA CATÉGORIE 7 - "MEILLEURE JEUNE CRÉATRICE BELGE DE BIJOUX"
ARTICLE PUBLIÉ DANS LE JV 63 (octobre-novembre 2017)

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Déc. 2019 - Janv. 2020 

JV76 SMALL
  • Enquête: Luxe, le boom du sur-mesure
  • Talent: l'atelier du modiste Elvis Pompilio
  • Finances: investir dans l'art
  • Escapade à Florence

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Occupé à »

    Lorsque le Français s’active, on dit qu’il est «en train de» faire quelque chose. Le Belge, lui, est «occupé à» faire quelque chose.

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.

  • « Choco »

    En belge ce n'est pas un biscuit !