COVID-19 : le marché de l’art est-il immunisé ?

Mercredi 25 novembre 2020

Dans un premier temps, les maisons de vente ont pris soin de rester en contact avec leurs collectionneurs, de les rassurer, de conserver leur confiance. Très vite, elles ont pu constater que l’appétit pour l’acquisition d’art était resté intact. Les résultats des ventes « on-line » se sont d’ailleurs montrés très satisfaisants.

De multiples innovations ont même vu le jour : les ventes « on-line streaming » qui se déroulent entièrement sur la toile devant des dizaines de milliers de spectateurs, les catalogues virtuels, le développement de plateformes e-commerce en association avec des galeristes, des antiquaires, des maisons de luxe, etc.


Pendant la première moitié de cette année si particulière, le total des transactions en ventes aux enchères a atteint 2,9 milliards de dollars, soit 58,3% de moins par rapport à 2019 (même période). De manière générale, les lots mis en vente ont diminué de 30% et la valeur moyenne des œuvres consignées a baissé de 41,3%.

En ce qui concerne les lots invendus, le taux serait resté similaire à celui des années précédentes.

Autre détail intéressant : la valeur des œuvres s’est maintenue. Au début du confinement, certains ont cru pouvoir profiter de l’inquiétude et de l’incertitude qui régnaient en faisant des offres à prix cassés. Ces tentatives se sont soldées par des échecs qui ont démontré que les acteurs du marché de l’art savaient le défendre.

 

En savoir plus ?

La banque Puilaetco propose à ses clients des conseils dédiés à leur patrimoine artistique. Plus d’infos

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Octobre-Novembre 2020 

• Enquête: Les nouvelles lois appliquées aux sociétés
• Communauté: la céramique séduit tous le monde
• Escapade à Vienne, le temps d'un week-end