Wood Fashion

Mercredi 15 mai 2019

Wood Fashion est une société belge, spécialisée dans le mobilier sur mesure, présente depuis bientôt 20 ans à Waterloo. Dans leur show-room de 600 m2, des architectes d'intérieur et des dessinateurs imaginent et élaborent des projets d'aménagement élégants et fonctionnels, personnalisés et exclusifs mais aussi intemporels. Wood Fashion propose des cuisines, des dressings, des salles de bain et des bibliothèques. Leurs équipes se déplacent partout en Belgique, en France et en Europe.

Tenté par un projet de dressing?

Voici quelques informations et conseils de Laurent Lechat, fondateur et manager de Woodfashion, avant de vous lancer dans l’aventure:

A quoi faut-il penser ?

Il faut évidemment commencer par prendre des mesures exactes de l’emplacement prévu: on compte généralement 60 cm de profondeur extérieure, et minimum 30 cm pour les étagères de T-shirts et 40cm pour les pulls. Ensuite, il faut réfléchir à tout ce que l’on va vouloir et devoir ranger, tels que les accessoires et autres petits objets, quels types de vêtements, en quelles quantités etc.

Peut-on adapter un dressing à toutes les configurations: plafond en soupente, mur rond, etc?

Oui tout à fait, et l’existence d’une soupente est d’ailleurs l’une des principales raisons qui poussent nos clients à opter pour un dressing sur-mesure. Pour un mur arrondi, il n’y a pas de problème non plus, on crée alors généralement des meubles “à angles”, mais il faut garder à l’esprit que ce type de dressing va faire perdre de la place, qu’il vaut mieux ne pas prévoir de portes dans ce cas, et que l’on opte alors pour du sur-mesure afin d’optimiser la place disponible.

Combien ça coûte?

Evidemment, en cas de soupente et d’arrondis, cela coûtera un peu plus cher. Ensuite, les prix sont extrêmement variables en fonction des options choisies, et démarrent aux environs de 4000 euros pour un dressing standard de 3 mètres sur 2,5 mètres, et jusqu’à 30 000 euros selon la complexité, la hauteur de plafond, la longueur, les matériaux, et les contraintes de type arrondis et soupente. Les tiroirs font aussi un peu augmenter le coût.

Quels sont les matériaux en vogue?

Si les matériaux utilisés se sont diversifiés ces dernières années (verre, miroirs, rideaux, effet cuir…), le bois reste une valeur sûre:
“Nous proposons du pin autant que des essences plus nobles et coûteuses comme l’érable ou le chêne. Plus inédit, nous avons déjà utilisé du palissandre aussi, mais cela revient cher le dressing! Aux parties en bois se combinent des parties en MDF peint au moyen d’une peinture spéciale, plus résistante et solide car durcissant davantage que la plupart des peintures.

Notre particularité est de ne pas utiliser de stratifié ou de mélaminé, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur. Il est aussi possible d’avoir un extérieur en vrai chêne et de peindre l’intérieur, et le choix des couleurs est infini. Enfin, le chêne peut aussi être brossé et recouvert d’un vernis mat, pour un effet brut et non-traité très tendance, dans le style scandinave.” Côté portes, Woodfashion propose différentes essences de bois ou du MDF, mais aussi des vitres à croisillons ou des miroirs avec encadrement de bois.

Evidemment, tous les bois sont aujourd’hui issus de forêts gérées durablement, provenant principalement d’Allemagne et de Pologne, et nos peintures sont à l’eau et respectent les normes en vigueur. En revanche, les peintures écologiques actuelles ne permettent pas une résistance suffisante à nos yeux, donc nous n’y avons pas recours. Notre autre particularité est de ne pas prévoir de taquets réglables, mais des crémaillères à l’ancienne, ce qui est assez inhabituel et plus esthétique. Enfin, en réponse aux souhaits de nos clients, à côté des modèles plus classiques, nous commençons à nous tourner vers des formes plus pures et contemporaines.

La structure est-elle modulable?

Il est toujours possible de moduler et de faire évoluer le dressing dans le temps, mais il faut le spécifier à l’avance pour prévoir cette flexibilité, notamment au niveau des raccords de plinthes. De plus, comme nous nous adaptons vraiment à l’espace, du sol au plafond, et ne “déposons” pas simplement le dressing, cela peut contrecarrer certaines évolutions ultérieures en cas de configuration atypique des lieux.

Un dressing pour homme s’envisage-t-il différemment d’un dressing pour femmes?

Oui, car on accessorise de plus en plus les dressings, avec des compartiments spécifiques pour les ceintures et les cravates côté messieurs, tandis que l’on prévoit généralement plus de tiroirs et de compartiments côté dames pour les bijoux, foulards et sous-vêtements, sans oublier les chaussures. Le dressing de celles-ci reste un peu plus volumineux que celui de leurs maris, mais j’ai l’impression que ces derniers sont plus en demande qu’avant d’un vrai espace de rangement adapté à leurs besoins. En termes de volume nécessaire, prévoir plus de penderies ne prend pas nécessairement plus de place pour les hommes, car les pantalons et vestes de costumes peuvent s’accrocher sur un même cintre, mais pour les dames, il faut penser à plus de choses, et une penderie adaptée aux longues robes prend évidemment plus de place.

Un dressing ouvert ne prend-il pas trop la poussière?

C’est très personnel. Personnellement, je préfère avec portes,qui protègent non seulement de la lumière et de la poussière mais aussi des mites! En revanche, les modèles sans porte sont plus adaptés aux petits espaces, car même une porte coulissante prend plus de place et nécessite une plus grande profondeur, 70 cm au lieu de 60cm.

Quels sont les délais de réalisation?
A partir du moment où l’on a choisi le modèle, l’esthétique et les mesures, il faut prévoir 6 à 8 semaines. Nous nous chargeons nous-mêmes en interne du travail de conception, de placement et de peinture, ainsi que des finitions sur le chantier, où nous peaufinons généralement les finitions, même si le dressing est déjà peint une première fois en atelier.

Et côté éclairage et autres “gadgets”?

L’éclairage LED est aujourd’hui très répandu et accessible, avec ou sans détection automatique. On observe aussi une démocratisation du concept de dressing, avec une très large gamme et de grands écarts de prix, mais aussi de qualité et de finitions. Quant au concept de dressing connecté, consistant par exemple à scanner tous ses vêtements et accessoires pour obtenir des propositions de tenues, cela reste anecdotique, même si nous y aurons peut-être couramment recours un jour!

Chaussée de Bruxelles 396, 1410 Waterloo - tél : 02 387 31 02 - site : woordfashion.net
Ouvert le mardi de 12h à 18h, du mercredi au vendredi de 10h à 18h, le samedi de 10h à 16h

Articles associés

+ d'articles associés

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Février - mars 2020 

COVER 77 mini
  • Enquête: études supérieures - France ou Belgique, comment choisir sa formation?
  • Talents belges: foire du livre, dix auteurs à suivre
  • Escapade à Mons, à Cadzand et dans le Kent 

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Haché menu »

    Le débat entre Belges et Français sur la viande n’est pas : halal ou pas halal mais hachée à l’avance ou hachée à la demande.

  • « Tout grand merci »

    Quand même mieux qu'un simple "merci".

  • « Deux ! »

    Langage de la cour de récré belge. " Pouce ! "