Se faire une toile

Du jeudi 11 octobre 2018 au vendredi 11 janvier 2019

Bruxelles, lieu de désert cinématographique hormis les mastodontes Kinépolis ou UGC ? Seulement en apparence. Il fut même un temps où le centre-ville accueillait plus de salles au mètre carré que de commerces, ou à peu près. Aujourd’hui, quelques-uns de ces lieux alternatifs résistent face aux géants. Retour sur une histoire et découverte de lieux, entre passé et présent.

Actor mort, Pathé ressuscité

Aujourd’hui, l’histoire cinématographique de Bruxelles continue de s’écrire. Avec ses bas et ses hauts. Le premier août 2018 disparaissait l’Actor’s Studio, salle de cinéma d’auteur et engagé née voici 30 ans à deux pas de la Grand Place, où l’on entrait par les impasses longeant cette dernière. Un lieu d’art et d’histoire.

Mais au même moment, ou presque, début 2018, un autre monstre sacré de l’histoire du cinéma bruxellois renaissait de ses cendres, après des délais de travaux hallucinants, des reports de projets et autres atermoiements. Il s’agit du Pathé Palace, aujourd'hui sobrement renommé Palace. Immense paquebot Art Nouveau imaginé par Paul Hamesse, disciple de Paul Hankar, situé boulevard Anspach et dont la façade est ornée du coq Pathé, il fut tour à tour cinéma, salle de spectacles, lieu de squat et bar. Laissé un temps à l’abandon, il a été repris par Cinéart et les frères Dardenne, revisité du sol au plafond et s’est réouvert avec la volonté d’en faire un lieu d'ouverture sur tous les arts, au-delà du simple cinéma. L’intérieur a été intégralement revu. Une salle pluridisciplinaire reste pourtant, à l’étage, dans le jus de l’époque. Rien que pour découvrir ce travail de rénovation, le lieu en vaut la peine. Mais aussi pour les expositions qui y sont régulièrement organisées. Pour le moment, « Ce que les corps racontent » https://cinema-palace.be/fr/evenements/exposition-ce-que-les-corps-racontent. Un accrochage photo qui dit en photos l’histoire des corps vieillissants. C’est beau et c’est gratuit. Et puis la programmation se veut alternative, avec des blockbusters mais aussi des films plus indépendants. Girls, film du belge Lukas Dhont, Caméra d'or, Prix FIPRESCI, Queer Palm et Prix d'interprétation de la section Un certain regard, sera projeté en avant-première, la semaine prochaine.

La semaine prochaine également, le Palace fête officiellement son ouverture avec un week-end portes-ouvertes. Avant-Premières, visites guidées, films en VO, DJ sets et… dégustations au programme. En effet, l’endroit est aussi doté d’un restaurant à la carte raffinée (carpaccio de thon en entrée, 9€, notamment).

 Le plus? Le côté pluridisciplinaire du lieu, qui va aller croissant, accueillant notamment l’art performatif… et les rassemblements privés (lieu à louer).

Pathé Palace, 5, Boulevard Anspach, 1000 Bruxelles, 02 503 57 96, www.cinema-palace.be, Tous les jours de 11:30 à 22:00.

TARIFS - Général: 8,75 €, du lundi au vendredi (hors jours fériés) avant 16h00, 7€, tarifs réduits sur présentation du justificatif à la caisse: étudiants 18 - 26 ans, seniors 60+, enseignants: 7 , jeunes -18 ans, courts métrages, groupes (min. 20 pers): , article 27: 1,25

RESTAURANT - Du mardi au samedi de 12:00 à 22:00. Deux services : de 12h00 à 14h00 et de 19h00 à 22h00. Service bar en continu. Dimanche et jours fériés de 10h30 à 17h00, brunch. Fermé le lundi.

 

L’aventure continue

Historique mais jamais fermé, l’Aventure est une autre institution (un peu cachée) de Bruxelles. Dans les galeries du centre, ce lieu est réputé pour le confort de ses salles (son petit nom, c’est l’"Aventure Ciné Confort", de jauges modestes et aux sièges parfaitement adaptés à des séances prolongées. On raconte que le roi Baudoin, grand cinéphile, y avait ses habitudes. La programmation y est pointue sans etre élitiste, et de projection de films qui ne sont plus à l'affiche ailleurs y sont également organisées.

Le plus? Son côté caché. Son côté suranné et vintage. La compétence sympathique des personnes à l’accueil. Et le confort absolu de ses sièges.

Cinéma Aventure, rue des Fripiers 57, dans la Galerie du Centre Bloc II, 1000 Bruxelles, horaires selon séances, de 8 à 12 , confort pass (6 places non nominatives valables 6 mois) à 45

Alternative nouveauté

Le Nova, c’est le théâtre alternatif du centre, à la sortie des Galeries de la Reine. Les premières années, la programmation tournait autour de thématiques larges et engagée. Travail, consommation, danse, « politiquement incorrect »… et mêlait fiction (court, moyen et long métrage) et documentaire. Au fur et à mesure, l’engagement est resté, les thématiques se sont resserrées, la programmation d’un film ou docu s’étalant entre quelques jours ou quelques semaines. Des thématiques décalées souvent, intéressantes et engageantes toujours, journaux intimes, cinéma lituanien, marocain, hollandais ou sud-américain, Beat Generation, cultures liées aux hallucinogènes, alternatives à la psychiatrie, mur de Berlin, cinématographie contemporaine des anciennes républiques de l’ex-URSS, de la culture berbère, etc.

Le plus? Le charme du bâtiment, vieilli, un peu trash, complètement décalé. Et le coté décontracté mais stylé de sa cafet’, meubles vintage, personnel sympa, et bière de beau choix en pression.

Cinéma Nova, Rue d'Arenberg 3, 1000 Bruxelles, www.nova.be

 TARIFS - Séance : 5€ / 3,5€ (réduction), Cineketje, First(Off)Shorts : 3,5€ / 2,5€, Combi : 7,5€ / 6€, Combi triple : 10€ / 7,5€, abonnements 6 séances : 21€ / 15€ (réduction).

 

Beaux arts cinématographiques

Cinéma historique, archives du 7ème art, La Cinémathèque royale de Belgique est fondée en 1938 par Henri Storck, André Thirifays et Pierre Vermeylen. Son premier conservateur (de 1948 à 1988), également fondateur du Musée du Cinéma en 1962, est Jacques Ledoux. Elle est logée dans le bâtiment Art Déco qu’on doit à Victor Horta, qui abrite aussi BOZAR. En 2009, la Cinémathèque est revue, architecture intérieure et concept, et devient Cinematek. Aujourd’hui, elle propose une programmation pointue mais accessible, thématique, qui oscille entre cinéma contemporain et archives. Des projections de l’institution sont aussi proposées dans un autre bâtiment emblématique de l’architecture bruxelloise, le paquebot Flagey, ex-maison de la radio.

Le plus? Dans un cas comme dans l’autre, l’expérience cinématographique est double. Elle propose de plonger dans l’histoire du cinéma, qu’il soit belge, allemand, viennois, anglais, américain… ET de s’immerger dans deux monuments architecturaux bruxellois. En outre, la programmation qui permet de dépasser l’actualité cinéma pour parcourir les archives de cette dernière, et le lieu offre de découvrir sur plusieurs jours, une rétrospective d’un auteur.

Cinematek (Bozar), Monts des arts

Rue Baron Horta 9, 1000 Bruxelles, www.cinematek.be

Cinématek (Flagey)

En coproduction avec Flagey, CINEMATEK propose quotidiennement des séances au Studio 5 et parfois également au Studio 4, Place Sainte-Croix, 1050 Bruxelles - 02 641 10 20 - www.flagey.be

 TARIFS

Un billet d'entrée coûte 4 € (film + expo). Les détenteurs d'une carte CINEMATEK et les enfants < 12 ans ont accès au tarif réduit de € 2, billets  disponibles à la vente  une semaine précédant le début du programme trimestriel. Les billets peuvent être retirés pour tout le programme. Vous pouvez acheter vos billets à la caisse ou les réserver par téléphone.

 

Vision Botanique

Si le Botanique, "Bota" pour les intimes, est connu davantage pour les concerts intimistes (dans sa Rotonde ou au Witloof Bar, lieu qui a vu naître dans l’obscurité de sa cave les premiers « chicons » beges) ou plus grande audience à l’Orangerie, pour son festival qui débute les beaux jours (les "Nuits Bota"), ses flâneries au vert à l’heure de midi et sa cafétéria italienne, il possède bel et bien une salle de cinéma de 89 places assises. Habituellement réservé aux festivals, aujourd’hui, elle est investie régulièrement d'une programmation fixe. La prochaine séance prévue?  »Ici, la Terre ». Le Belge Luc Dechamps a posé sa caméra pendant une année dans la ferme-école de Desnié, sur les hauteurs de Spa. Dans cette véritable fourmilière humaine, il est allé à la rencontre d’hommes et de femmes qui nous font découvrir les différentes facettes de la permaculture.

Le plus? Un lieu pluriel, où les amoureux des arts se rencontrent. Une programmation engagée. Une cafétéria prolongée d’une terrasse où il fait bon se poser par jour de soleil. Et un parc où déambuler.

Botanique, 236 rue Royale, 1210 Bruxelles, www.botanique. be. Les dates d’« Ici, la terre »: 07/10 à 20h (séance suivie par une rencontre avec le réalisateur), 18/10, 20h, 19/10, 20h, séance suivie par une rencontre avec le réalisateur, 20/10 à 15h et 20h (cette dernière séance suivie par une rencontre avec le réalisateur), 21/10 à 15 et 20 h (séances suivie par une rencontre avec le réalisateur), entrée: 5€.

 

Vue sur galeries

LE cinéma des Galéries est situé dans les Galeries Saint-Hubert. Deux salles de cinéma, une salle d’expo et un bar le compose.. Il est classé monument historique depuis les années 90. Entre déco et modernisme, son architecture oscille entre la déco méditerranéenne et romane. Divers aménagement y ont eu cours depuis sa construction en 1939. Aujourd’hui, il a été rénové et propose une programmation alternative, orientée art et essais plutôt que blogbuster. Des expositions y sont régulièrement organisées.

Le plus? L'emplacement historique et grandiose et la programmation clairement alternative et pointue qui plaira aux cinéphiles avertis... ainsi qu'aux habitués d'UGC: le lieu accepte la carte UGC Unlimited

Galerie de la Reine 26 / 1000 Bruxelles, Du lundi au Vendredi: 12h – 00h, Samedi, Dimanche: 10:00 – 00h, www.galerie.be

TARIFS: Tarif plein : 8,50 €, studio : 6,50 €, réductions : 6,5 € : European Disability Card, chômeurs, CJP, Senior, étudiants, enfants, groupe (à partir de 10 places), article 27 : 1,25 €, carte de 5 places : 30 €, carte UGC Unlimited acceptée.

EXPOSITIONS: 3 à 5 €.

 

 

 

Mais aussi

Derrière l’écran

Kanal-Centre Pompidou propose une expérience immersive du cinéma. A la manière de Jack Black et Mos Def dans le film "Soyez sympas, rembobinez", L’Usine de Films Amateurs invite chacun(e) à créer un film de A à Z, en 3h, dans un studio de cinéma reconstitué pour l’occasion. La fabrication du film suit un protocole simple, imaginé par le réalisateur français Michel Gondry. On visite les décors, puis on passe à l’action. Choix des costumes, créations d’un scénario, choix des acteurs, tournage avec effets spéciaux bricolés sur place. Objectif? S’amuser, bien sûr, mais aussi toucher de près les techniques de tournage et vivre en coulisses l’expérience cinématographique. Aucune formation n’est nécessaire, juste un peu d’imagination… potentialités par un animateur. Un ensemble de décors et de machinerie, simulant à la fois des intérieurs et des extérieurs offrent la possibilité de tourner un nombre infini d’histoires. Tout le matériel nécessaire est mis à disposition pour que le groupe soit autonome. Après trois heures, le groupe composé préalablement a visionné le film ainsi créé et repart avec son dvd. Le plus? L’expérience est totalement gratuite. Il suffit de s’inscrire! Activité d’anniversaire d’enfants bienvenues.

Kanal-Centre Pompidou, quai des péniches, 1000 Bruxelles

HEURES D’OUVERTURE (de l’Usine des Films Amateurs), mercredi & samedi : 12h00 à 20h00, dimanche : 12h00 à 19h00, attention, tous les mercredis, à partir du 12/09/2018, les séances de 10h00 et de 11h00 sont réservées à des groupes scolaires, dernière entrée de groupe prévue à 17h00

ORGANISATION: 1 groupe par heure, durée : 3h00, accès libre, pour réserver : ufa@kanal.brussels, GRATUIT

Et un jour?

Proposée en Flandre, une application permet l’audio description des films aux personnes malvoyantes ou aveugles. L’audiodescription est en effet obligatoire pour tous les films subsidiés par le Fonds Flamand. C’est l’entreprise Earcatch qui a développé une application d'audiodescription adaptée aux salles de cinéma, qui reconnait le film en cours et en propose donc la description vocale.

Pour le moment, Cinema Tournee, un car équipé d’un écran, permet de faire vivre l’expérience du cinéma dans le noir et audiodécrit… en flamand, pour le temps d’un festival itinérant. Gageons que Bruxelles et la Wallonie vont suivre le mouvement!

Cinema Tournee, le 10/10 à Gand (Korenmarkt), le 11/10 à Louvain (Martelarenplein), le 12/10 à Hasselt (Kolonel Dusartplein) et le 13/10 à Anvers (Groenplaats).

Le saviez-vous?

En 1832, le Bruxellois Joseph Plateau invente le phénakistiscope, jouet optique donnant l'illusion du mouvement attribué à la persistance rétinienne, composé d’un disque en carton, percé de dix à douze fentes. On peut encore voir ce montage génial dans le hall de la Cinematek. Ce petit objet finalement anodin a initié la création du cinéma sur grand écran.

Plus tard, deux mois après leur grande première parisienne, les frères Lumière présentent leur invention à Bruxelles le 1er mars 1896. Le rendez-vous est fixé dans la Galerie du Roi. Les tickets coûtent un franc belge et donnent droit à une projection de dizaine de minutes dans la salle des dépêches d’un quotidien bruxellois.

Cet ancrage historique explique sans doute qu’au début du vingtième siècle, de nombreuses salles de projection vont ouvrir dans le centre de la capitale. La rue Neuve et ses alentours (boulevards Anspach et Max, Galeries…) en comptent plus de vingt. Le grand Bruxelles, près de 200. L’actuel Zara? Un cinéma à l’architecture art déco signée Adrien Blomme. La salle de congrès Marivaux, boulevard Adolphe Max? Elle abritait le cinéma du même nom, de facture Art Déco lui aussi.

L’asbl Arkadia propose d’ailleurs des visites guidées sur les traces de ces anciens lieux cinématographiques, à la découverte d’un passé d’image, mais aussi d’architecture. Infos ici.

Newsletter

JV en kiosque - Abonnement

Septembre 2018

JV68smallsmall
  • Enquête - Le vin en Belgique
  • Notre cahier spécial finance sur la succession
  • Virée automnale à Malines
  • Découverte de la communauté tango
En vente chez votre libraire le 07 septembre.