Politique : comprendre les coalitions belges

Paru dans JV17, Février 2010. | Texte : Alain Lefebvre, Photos : © mucft - Fotolia.com

Le système électoral belge (à la proportionnelle), à l’inverse du scrutin majoritaire à deux tours à la française induit nécessairement des alliances. Au fil des scrutins, les médias ont donné à ces différentes coalitions de jolis noms plus poétiques les uns que les autres. Un peu de surréalisme belge dans un monde habituellement plus brutal.

La rouge-verte : comme son nom l’indique, socialistes et écologistes

La rouge romaine ou amarante : socialistes et sociaux-chrétiens

L’orange bleue ou bleue romaine : libéraux et sociaux-chrétiens

La violette : libéraux et socialistes

La tripartite classique : libéraux, socialistes et sociauxchrétiens

L’arc-en-ciel : libéraux, socialistes et écologistes

L’olivier : socialistes, sociaux-chrétiens et écologistes

La jamaïque : libéraux, sociaux-chrétiens et écologistes

La turquoise : libéraux et écologistes

L’union nationale : la banalité de la dénomination recouvre en fait une réalité très rare qui regroupe tous les partis cités précédemment, à l’exclusion du Vlaams Belang, réputé infréquentable malgré ses scores impressionnants et dont les partis « démocratiques » se protègent au moyen de ce qu’ils baptisent « le cordon sanitaire », peste brune oblige !

Inscrivez-vous à nos newsletters

Recevez deux fois par mois nos bons plans et idées pour vos week-ends !

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :