Bruxelles : les quartiers préférés des Français

Paru dans Supplément immobilier juin 2015

bxl centre

Bruxelles centre : tendance et bigarrée.

D’un côté, les Sablons ; de l’autre, le quartier Dansaert. Bruxelles « 1000 » est une commune-puzzle où quartiers populaires côtoient sites touristiques et où purs « Brusseleirs » (comprenez Bruxellois véritables) croisent Japonais en goguette…

 

 

Les Sablons : l’élégance du Vieux Bruxelles

Lieu historique, berceau de la tradition de l’Ommegang, repaire d’antiquaires réputés et d’enseignes de luxe, la place du Grand Sablon rayonne d’un raffinement particulier… Très prisé par les expatriés et les couples de Bruxellois aisés, le quartier des Sablons est une île. Autour de ses deux célèbres places (le Grand et le Petit Sablon) s’élèvent de magnifiques hôtels de maître aux façades crénelées, dont les étages étroits ont pour la plupart été partagés en appartements. Dans ses ruelles adjacentes, discrètes et protégées, se cachent quelques étonnantes bâtisses, qui mêlent le cachet historique à une créativité propre à l’aménagement de petits espaces.

Ce quartier si particulier est également l’un des plus chers de Bruxelles, avec un prix au mètre carré estimé entre 4.000 et 5.000 euros en moyenne. Car s’il est encore possible de trouver un espace à rénover entièrement pour 2.500 € le mètre carré, pour un espace déjà construit, les prix peuvent grimper jusqu’à 6.000-7.000 €/m2. On trouve très rarement des maisons, car la plupart ont été découpées en appartements, certains peuvent atteindre les 180m2. Un appartement d’une chambre sur la place du Grand Sablon peut atteindre les 300.000 €. D’ailleurs, on ne trouve pas d’appartements trois chambres ici, et les familles y sont très rares. Les amateurs de ce quartier sont en majorité des expatriés qui apprécient le côté très préservé et « Vieux Bruxelles » des lieux, la proximité du centre et des grands axes comme l’avenue Louise, l’ambiance très conviviale et animée par des événements artistiques et culturels haut de gamme comme les nocturnes du Sablon. En revanche, mieux vaut ne pas s’attacher à sa voiture et privilégier les transports en commun quand on décide d’habiter ici ! La plupart des expatriés arrivent dans le quartier avec la volonté de louer un bien avant d’acheter. Et les nombreux Parisiens qui en font la demande sont habitués à louer des espaces de 50m2, contrairement aux Belges… Pour une location d’appartement d’environ 50m2, dans les rues alentours de la place, il faut compter entre 600 et 700 € sans les charges, mais on atteint très vite les 1.000 € par mois… 

Dansaert : cosmopolite et branchée

Le quartier Dansaert réunit le long de ses boutiques branchées et de ses cafés populaires l’art de vivre à la fois cosmopolite, métissé, et typiquement « Brusseleir » du centre de Bruxelles. Reliant le grand carrefour de la Bourse au Canal de Willebroek, dont la rive opposée annonce la commune de Molenbeek-Saint-Jean, la rue Antoine Dansaert reflète particulièrement bien la mixité qui règne au centre de Bruxelles. Bien entourée par les non moins connues rue des Chartreux à l’ouest et la rue de Flandre à l’est, cette véritable mosaïque de cultures s’aborde dans une variété de « tronçons » et de styles... Marqué par le grand magasin de design Kartell, le début de la rue Dansaert est reconnu comme le centre de la mode branchée ! Illuminés par les grandes marques comme Zadig et Voltaire, Le Temps des Cerises, Sandro, Maje, ou encore Bobbi Brown, ses trottoirs sont arpentés par des bobo chics venus faire leur shopping pointu ici... Mais à y regarder de plus près, on découvre également quelques enseignes plus confidentielles et belges, comme Stijl, Kat en Muis, Kure et Underwear...Et plusieurs références vintage. Quelques bistrots reconnus jalonnent le début de la rue, dont l’un d’eux est un chantre de la culture brusseleir pur jus : le bar de jazz l’Archiduc, où il n’est pas rare de croiser le chanteur Arno… Populaire, branché, cosmopolite, ce quartier riche en variété et enseignes de tous genres est un des lieux privilégiés des amateurs de théâtre et autres visites culturelles dans les environs, qui en apprécient le fourmillement constant et l’ambiance bon enfant.

Un marché immobilier en hausse

De nombreux promoteurs rénovent et construisent des nouveaux immeubles, tout en gardant les jolies façades anciennes. Devenu l’apanage des bobo chics et jeunes branchés, le quartier voit les lofts et duplex pousser comme des champignons, autant que faire se peut dans le centre-ville où les logements commencent à manquer ! Par exemple, la rue des Chartreux est composée maintenant de gros blocs d’immeubles, avec des appartements qui vont de 60m2 à 250m2. Ici, il faut compter entre 3.000 et 3.500 euros le mètre carré. Mais les prix de biens atypiques peuvent s’envoler : certains lofts de 250m2 se sont vendus à 1 million, 1,5 million ! Toute cette « bulle dynamique » peut cependant être qualifiée d’effet de mode par les plus prudents. Il n’en reste pas moins que le quartier attire, est dynamique et branché, et que la diversité des appartements permet des achats accessibles à une grande variété de portefeuilles.

 

Avantages  la profusion de boutiques, musées, galeries et restos...
 Inconvénients   le parking très difficile, la sécurité pas toujours optimum, les prix élevés au Sablon.
 Prix  impossible de déterminer une typologie de biens sur cette commune, car l'offre est presque toujours atypique, allant des petites maisons sombres aux appartements avec vue sur tout Bruxelles. Côté m2, le prix est déteerminé par l'originalité, la rareté, l'adresse du bien, mais oscille en moyenne autour de 2.700 euros le m2, pour un appartement, et de 2.500 pour une maison. Mais pour un deux chambres rénové à proximité du Sablon, comptez plutôt 4.000 à 5.000 euros le m2.
 Site www.bruxelles.be 

Voir aussi : Grand-Place, plaisirs à volonté,

Articles associés

+ d'articles associés

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Février - mars 2020 

COVER 77 mini
  • Enquête: études supérieures - France ou Belgique, comment choisir sa formation?
  • Talents belges: foire du livre, dix auteurs à suivre
  • Escapade à Mons, à Cadzand et dans le Kent