La voiture en Belgique : quelques règles de circulation !

Paru dans HS n°11 Belgique Pratique 2019-2020

Quelques règles avant de rouler en Belgique.

La priorité à droite n’est pas un vain concept en Belgique. Au contraire ! Bien sûr, elle existe aussi chez nous mais ici elle est totale, incontestable et s’applique très régulièrement ! Prenez garde quand vous arrivez à un croisement : certains Belges s’engagent dans la rue sans même regarder si une voiture arrive, à croire qu’ils préfèrent cabosser leur voiture plutôt que de vous laisser usurper leur droit. Mais, à l’inverse, n’abusez pas non plus de ce droit : priorité n’est pas sécurité !

La vitesse autorisée en ville est de 30, 50 ou 70 km/h selon les zones. Hors agglo, elle est de 90 km/h, dauf en Flandre où c'est partout 70km/h depuis le 1er janvier 2017, même sur le 2x2 voies sans berme centrale. Sur l’autoroute, c’est 120 km/h quelle que soit la météo.

Souriez, vous êtes flashé ! La Belgique n’est pas encore la France, mais les flashs automatiques ont fleuri à tous les coins de rue, surtout en Flandre. Si vous utilisiez un boîtier Coyote ou Wikango ou une application mobile communautaire comme Waze, vous pouvez continuer leur usage en Belgique où ils sont parfaitement légaux. Avantage : au contraire de la France, la Belgique autorise de renseigner un point GPS fixe pour le radar, ce qui signifie qu’il n’y a pas de zone de danger à observer (et ne vous pollue pas d’un point de vue sonore). C’est plus pratique.

Attention, ici les vélos ont le droit de prendre toutes les rues à sens unique dans le sens opposé. Faites donc attention lorsque vous vous engagez dans ces rues, et malgré l’étroitesse de certaines d’entre elles, essayez de ne pas forcer les cyclistes à se ranger sur le côté !

• Bus et trams prioritaires. Le tram a priorité sur tout ce qui se déplace – même sur les piétons ! – et ne vous fera aucun cadeau si vous cherchez à la lui voler. Ne restez pas sur une ligne de tram, vous courez des risques !

Soyez vigilant également lorsque vous dépassez un tram à l’arrêt parce que vous n’êtes, contre toute logique, autorisé qu’à le doubler par la droite. Attention aussi aux bus : le code de la route vous impose de les dépasser à vitesse réduite lorsqu’ils déchargent des passagers, et de leur laisser la priorité dès l’instant où ils manifestent l’intention de déboîter ! Ici, le dépassement s’opère toutefois par la gauche.

• Garez-vous dans le bon sens. Quoi que vous disent les Belges, il est beaucoup plus facile de se garer ici qu’à Paris ! Sachez cependant que dans une rue à double sens, il est interdit de se garer à l’inverse du sens de la marche,ainsi qu' à moins de 15 mètres de part et d’autre d’un arrêt de bus ou de tram.

• Ménagez les pare-chocs. Ici, on ne joue pas à l’auto tamponneuse avec ses voisines avant et arrière quand on se gare. Le code de la route dit même qu’on doit garder un mètre « tant devant que derrière un autre véhicule à l’arrêt », même si, en pratique, on est souvent loin du compte ! Ici, même les citadins sont très attachés à leur véhicule et il n’hésiteront pas à aller déposer plainte, voire à se faire renseigner par un voisin. Un homme averti…

• N’oubliez pas que tout piéton manifestant l’intention de traverser sur un passage pour piétons est considéré comme prioritaire et ce, même s’il n’était pas encore engagé sur la voie ! C’est aussi le cas en France, mais ce principe est beaucoup moins respecté. Ici, il n’est pas rare de voir un piéton débouler sur le passage sans regarder.

• Faites attention à ne pas « bloquer » un carrefour, car même si beaucoup de Belges semblent l’ignorer, le code de la route interdit de s’engager dans un carrefour si l’on n’est pas sûr de pouvoir le dégager : bloquer un carrefour de la sorte est donc une infraction passible d’une lourde amende !

• Attention aux travaux ! Dernier point délicat : les panneaux de signalisation de travaux ou de déménagement sur les trottoirs. Ils s’étendent généralement sur une large portion de trottoir. Observez bien les trottoirs et si un panneau surgit, allez voir sans tarder les dates et horaires d’interdiction qui y figurent ! Et si vous restez garé plusieurs jours au même endroit, allez vérifier régulièrement qu’aucun panneau de déménagement ou travaux n’a été installé après votre arrivée... Cela dit, si d’aventure il vous arrivait d’être absent lors de la pose d’un de ces panneaux et que votre voiture était enlevée, il y a parfois possibilité de vous arranger avec les forces de l’ordre pour récupérer votre véhicule gratuitement.

La fourrière

Si vous ne trouvez plus votre voiture là où vous l’avez garée, rendez-vous au bureau de police le plus proche qui vous délivrera une autorisation de restitution et vous indiquera l’adresse de la fourrière. Ça coûte très cher : 250 euros en moyenne en comptant le PV (environ 60€). Mais ça varie en fonction des communes et des dépanneurs qui interviennent : entre 105 euros aux environs de Montgomery et 242 euros dans la zone de police Bruxelles-Ouest (Molenbeek, Koekelberg, Ganshoren et Berchem -Sainte-Agathe) + 15 euros par jour d’entreposage. Faites attention : selon les communes, les fourrières peuvent être très excentrées ou mal organisées.

Néanmoins, si vous pensez contester cet enlèvement pour des raisons légitimes (défaut de signalisation, etc.) ou si vous n’avez pas la possibilité de vous acquitter immédiatement des frais, sachez que contrairement à ce que laisse entendre la fourrière, celle-ci n’a aucun droit de « rétention » sur votre véhicule : après avoir obtenu l’autorisation de la police, vous pouvez donc venir rechercher votre véhicule librement. Excepté dans le cas d’un véhicule de société : vous ne pourrez pas nécessairement le récupérer directement, à moins de fournir la preuve que vous êtes autorisé à utiliser ce véhicule.

Bon à savoir : si vous arrivez alors que l’enlèvement va commencer, vous pouvez exiger la restitution de votre véhicule et ne payer que les frais de déplacement du dépanneur. Notez qu’après 6 mois, c’est la société de dépannage qui devient propriétaire du véhicule.

Par contre, les policiers sont ici plus compréhensifs : ils essaieront souvent de vous prévenir de l’enlèvement imminent de votre véhicule, par un coup de sirène par exemple.

Pour plus d’infos sur le stationnement à Bruxelles : bruxellesmobilite.irisnet.be/articles/la-mobilite-de-demain/plan-stationnement

Les contraventions

Elles sont vite arrivées ! Dans une rue avec horodateurs, pensez à prendre un ticket (gratuit) si vous ne restez que 10 minutes et à mettre des pièces dans la machine si vous restez plus longtemps. Les contrôleurs passent inlassablement tout au long de la journée. Difficile d’y échapper ! On a vite une amende sur le pare-brise.

Depuis cette année, la Région de Bruxelles-Capitale tente d’harmoniser les règles de stationnement dans les 19 communes bruxelloises. Cela se traduit par le placement d’horodateurs un peu partout, même dans les quartiers tranquilles qui deviennent eux aussi payants. Les tarifs sont élevés (20 € par jour environ), mais les habitants de Bruxelles peuvent demander des cartes de riverains. Il en existe 3 sortes : les cartes de riverains, les cartes de dérogation « standards » destinées aux prestataires de soins médicaux urgents, aux voitures partagées ou personnes handicapées et les cartes de dérogation facultatives qui sont en fait des cartes de riverains temporaires pour d’autres usagers (firmes, indépendants, enseignement...) et pour des interventions ciblées. Comptez un coût de 150 euros par an pour obtenir une carte riverains et n’espérer pas la prêter à un membre de votre famille : elle est « électroniquement attelée» par un code barre à votre plaque.

 Les amendes

C’est comme en France : les mailles du filet se resserrent progressivement avec la mise en place de toute une série de mesures pour réprimer plus durement les contrevenants. La Belgique est en effet occupée à installer de nouveaux radars tronçons : 240 en Flandre et 150 en Wallonie qui vont contrôler les immatriculations sur les autoroutes et voies rapides. Ce maillage doit servir à lutter contre le banditisme et le terrorisme, mais aussi pour verbaliser les excès de vitesse. Dans le même ordre d’idées, les amendes pénales, c’est-à-dire infligées par un juge, sont passées d’un facteur 6 à un facteur 8 depuis le 1er janvier 2018. Cela signifie que certaines infractions routières coûtent plus cher. Conduire avec le GSM en main pourra coûter 40 € de plus. La conduite en état d’ivresse sera sanctionnée d’une amende majorée de quelque 400 €.

Depuis le 1er mai 2018, le prix des transactions en perceptions immédiates a aussi augmenté, de 5 % environ tandis qu’un portail internet a été mis en ligne pour récupérer plus rapidement l’argent des amendes, comme c’est le cas en France. Enfin, depuis peu, il ne faut plus cumuler deux fois la même infraction pour être considéré comme un récidiviste. 

Désormais, le délit de récidive sera retenu dès la deuxième infraction grave enregistrée dans les 3 ans suivant la première. Le permis sera retiré au minimum trois mois lors de la seconde infraction, six mois à la troisième et neuf mois à la quatrième tandis que le juge ordonnera également de repasser examens pratiques et théoriques du permis ainsi que des tests médicaux et psychologiques. Attention aussi qu’une étendue du règlement de police dans les zones de Bruxelles a été effectuée au 1er septembre 2019 : désormais les policiers à vélo peuvent sanctionner un comportement inadapté. Tarif : 116 €.

Site : amendesroutieres.be.

Articles associés

+ d'articles associés

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Février - mars 2020 

COVER 77 mini
  • Enquête: études supérieures - France ou Belgique, comment choisir sa formation?
  • Talents belges: foire du livre, dix auteurs à suivre
  • Escapade à Mons, à Cadzand et dans le Kent 

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :