Banque-carrefour des véhicules

Mercredi 11 juillet 2012 | Texte : Emmanuel Ruchat, Avocat associé Lexial

Paru dans JV21, oct-nov. 2010 - Mise à jour Juillet 2017

 


Question

 

" A quoi sert la « Banque-carrefour des véhicules » ? "


Réponse d'Emmanuel Ruchat, Avocat associé Lexial

 

Créée par la loi du 19 mai 2010, la Banque-carrefour des véhicules dépend du SPF (Service public fédéral, c’est-à-dire le ministère fédéral) Mobilité et transports.

 

Elle est chargée, d’une part, de l’identification permanente du propriétaire de chaque véhicule, de celle du demandeur d’immatriculation et de celle du titulaire de l’immatriculation et, d’autre part, de la traçabilité des véhicules depuis le moment de leur construction jusqu’à leur destruction, et ce y compris dans le cas de mouvement transfrontalier.

 

Cet organisme permet, concrètement, de mettre en oeuvre quelques améliorations sensibles dans le domaine automobile en Belgique, notamment en ce qui concerne les fraudes kilométriques et les défauts d’assurance, les contrôles techniques, etc. Mais la loi sur la protection de la vie privée reste d’application : vous pourrez toujours obtenir gratuitement les données qui vous concernent et, si nécessaire, les voir rectifier.

 

En savoir plus : https://mobilit.belgium.be/fr/circulationroutiere/immatriculation_des_vehicules/tracabilite

Articles associés

+ d'articles associés

Inscrivez-vous à nos newsletters

Recevez nos bons plans et idées pour vos week-ends !

JV en kiosque - Abonnement

Eté 2018

COVER 67small
  • Enquête - Parcours vintage en Belgique
  • Les Jeux d'Hiver fêtent leurs 30 ans
  • Virée estivale à Anvers
  • + 1 grand supplément immobilier de 76 pages !
En vente chez votre libraire le 14 juin 2018.

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • «  En dedans »

    Une préposition chasse l'autre.

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.

  • « En affaire »

    Quand on est "en affaire" en Belgique, on n'est pas en train de négocier un gros coup, on est juste "affairé".