La Grande Guerre

Aucune date spécifiée

Ne disposant que d’un effectif réel de 140 000 hommes, l’Armée belge reçut mission d’arrêter l’envahisseur aussi longtemps que pos- sible. Les forts de Liège, placés sous les ordres du général Leman, encaissèrent le premier choc et résistèrent jusqu’au 16 août, écrasés par l’artillerie lourde allemande. Résistance inattendue pour l’en- nemi qui perdit en ces combats un temps précieux pour développer l’offensive de grande envergure qu’il avait prévue. La mobilisation, la concentration et les mouvements des forces françaises et anglaises en furent d’autant facilitées. 

Le 12 août, les forces belges déployées sur la ligne de la Gette affron- tèrent victorieusement la cavalerie allemande. Ce n’était qu’un coup d’arrêt localisé car le gros des forces ennemies s’enfonçait désormais en territoire belge, contraignant les troupes du roi Albert à entamer, à partir du 18 août, une retraite sur Anvers, seule issue pour échap- per à une destruction certaine. Cette manœuvre suscita des protes- tations françaises mais son report aurait signifié l’arrêt de mort de l’Armée belge et elle déjoua le plan allemand qui visait, en la coupant d’Anvers, à son anéantissement rapide. 

L’avance des troupes allemandes en territoire belge voyait les enva- hisseurs – convaincus qu’ils allaient être confrontés aux actions 

 

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Octobre-Novembre 2020 

• Enquête: Les nouvelles lois appliquées aux sociétés
• Communauté: la céramique séduit tous le monde
• Escapade à Vienne, le temps d'un week-end

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Question de mode »

    Connue pour ses couturiers talentueux, la Belgique n’en attribue pas moins des noms différents des nôtres à des objets et accessoires qui se ressemblent.

  • « Choco »

    En belge ce n'est pas un biscuit !

  • « Ça coûte un pont »

    Ce qui coûte un bras à un Français coûte un pont à un Belge...