Thomas Froehlicher, séduit par la Cité ardente

Paru dans JV 27, oct 2011 | Texte : Alain Lefebvre, Photos : Serge Anton

 

Thomas Froehlicher, séduit par la Cité ardente

 

Thomas Froehlicher, le directeur de HEC-école de gestion de l’Université de Liège (HEC-ULg), Alsacien pure souche, se sent comme un poisson dans l’eau en bord de Meuse.

 

Thomas Froehlicher, 44 ans, vit et travaille à Liège depuis début 2009. Né à Strasbourg, il y décroche des diplômes en management et sociologie qu’il complète d’un doctorat en sciences de gestion. En 1996, il quitte son poste à la direction de l’école de management pour devenir professeur de gestion à l’Université de Nancy. Un bref passage à l’école des Mines et il est nommé directeur de l’ICN Business School. En 2006, il accepte la fonction de délégué général d’une alliance entre trois écoles nancéiennes, Artem. Mission : intégrer ces trois établissements. Une telle phase est en cours d’achèvement quand il arrive à HEC-ULg.

Le challenge du nouveau directeur ? « Appuyer le rayonnement de la marque pour attirer des étudiants du monde entier. » D’emblée, la Cité ardente séduit le directeur de HEC-ULg. « Liège s’est engagée dans la même voie que Lille. Comme sa soeur française, elle a un passé, une histoire, et aujourd’hui un vrai développement. Encore trop méconnu, il va s’affirmer. Tous les grands projets, achevés ou en cours, en sont la preuve : la gare Calatrava, la Médiacité, le Théâtre de la Place, bientôt en face du rectorat de l’Université, l’Opéra... Quand les derniers chantiers seront terminés, la ville aura très belle allure. »

L’adaptation de Thomas Froehlicher s’est faite avec une facilité déconcertante. « à mon arrivée, j’ai été très vite pris dans un réseau amical de Français présents à Liège de longue date : Philippe Tennesson, président du conseil d’administration de FN Herstal, Jean-Pierre Rousseau, directeur général de l’Orchestre philharmonique de Liège… et tant d’autres, Français ou Liégeois. »

Pour lui, « Liège est à la fois la ville la plus francophile de Belgique et la plus proche de ce qui fait l’intérêt de la Belgique par rapport à l’Europe du nord. La bonne connectivité de la ville est frappante avec le TGV, l’ICE, les réseaux routiers… Aller à Bruxelles, Paris, Luxembourg, Londres ou Francfort est très facile. En France, il n’y a que les grandes métropoles comme Paris, Lyon ou Lille qui peuvent offrir cela. »

Marié et heureux père de trois enfants, Thomas Froehlicher a emménagé en famille sur les hauteurs résidentielles de la cité Liégeoise. Cet épicurien trouve son bonheur dans la découverte de restaurants originaux, comme les restos à thème. « La gastronomie italienne compte aussi quelques établissements de haut niveau à Liège. » Et bien sûr, fan de rugby, toujours il restera, même en bord de Meuse !

Articles associés

+ d'articles associés

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Sept-Oct 2021

• Spécial Finances: Les nouveaux codes de la banque
Enquete: La bière belge, version jeunes entreprises

• Escapade: Metz, pour un week-end 
Destination: Knokke'n'roll

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :