Louma Salamé

Paru dans JV 54 | Photos : ©Mireille Roobaert

Orient et Occident

 

La « petite » soeur de Léa Salamé – elle a deux ans de moins – ne s’offusque pas que l’on évoque sa parenté avec l’une des étoiles montantes des médias français. Née comme elle au Liban, Louma n’hésite pas à reconnaître que comme sa soeur elle est « volontaire et ambitieuse… Elle voulait devenir journaliste et être reconnue dans la rue, et elle y est parvenue ; je voulais travailler dans le domaine de l’art, c’est ce que j’ai fait ».

À 35 ans, elle vient de prendre la direction générale de la Fondation Boghossian-Villa Empain. Fille de Ghassan Salamé, qui fut notamment ministre de la Culture au Liban et de Mary Boghossian dont les parents, riches diamantaires, avaient fui l’Arménie en 1915 et dont les frères ont repris la Villa Empain en 2010 pour en faire un centre d’art et de dialogue entre l’Orient et l’Occident, Louma est arrivée en France à l’âge de 3ans. Elle est fière de ses racines libanaises et arméniennes, et pas moins fière d’appartenir à cette église melkite, représentée à Paris par Saint Julien le Pauvre, où elle épousera en 2011 le comte Raphaël de Montferrand, journaliste et producteur dans l’audiovisuel.

Après des études secondaires dans les meilleurs établissements du XVIe et du VIe arrondissements de Paris, Louma Salamé fait parallèlement les Beaux-Arts et les Arts décoratifs à Paris et son premier stage la mène chez Christie’s à Londres puis au Guggenheim à New York. Son premier vrai « job » la ramènera en Europe, à Luxembourg précisément où elle sera chargée de mission au Musée d’Art Moderne, le Mudam. C’est là que Bruno Macquart, président de France-Museums viendra la débaucher pour prendre en charge la communication du Louvre d’Abu Dhabi, où elle restera près de six ans. Son poste suivant la conduira au Qatar, où elle choisira d’accepter le poste de directrice de la communication et des publics à l’Arab Museum of Modern Art de Doha (Mathaf). Elle y séjournera près de deux ans avant de revenir à Paris pour une éphémère direction de la communication à l’Institut du monde arabe.

C’est maintenant Bruxelles et la Villa Empain avec l’intention de s’y installer durablement. Son mari et son fils Léonard, 3 ans, la rejoignent ces jours-ci. Déjà administrateur de la Fondation depuis sa création, Louma a consacré ses premières semaines à des tâches administratives et financières et c’est maintenant que commencent les choses « sérieuses » : monter des expos avec le nouveau directeur artistique, Asad Raza, ouvrir la villa à un public plus jeune, aux néerlandophones, s’ouvrir aux institutions culturelles bruxelloises et à de nouvelles disciplines, développer le jardin et, pourquoi pas, y ouvrir un café. 

 

Fondation Boghossian- Villa Empain

67 av F. Roosevelt,

1050 Bxl

T. 02 627 52 32, site : villaempain.com.

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Octobre-Novembre 2020 

• Enquête: Les nouvelles lois appliquées aux sociétés
• Communauté: la céramique séduit tous le monde
• Escapade à Vienne, le temps d'un week-end

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Tartines »

    Un concept à part entière...

  • « Brol »

    Machin, truc, chose et compagnie !

  • « Asexué »

    Tout comme l’escargot, les représentants du Plat pays se doivent d’être asexués ... linguistiquement s'entend !