Folklore belge : carnavals, défilés, bals...

Paru dans JV10, Décembre-janvier 2008 | Texte : Aurélie Koch

Comment un si petit pays peut-il avoir autant de folklores différents – et les célébrer avec tant d’enthousiasme ?

 

Cela peut en effet surprendre celui qui s’est habitué à l’anonymat des grandes villes : en Belgique, on fête son régionalisme avec fierté, et il n’y a pas de complexe de provincial qui tienne !

Pour la période du Carnaval, suivant un calendrier immuable, les villes changent de visage, prises d’assaut par leurs habitants.

 

Quelques exemples ?

 

A Binche, on attend les Gilles qui jettent des oranges aux enfants.

A Fosses-la-Ville, on danse avec le «Chinel», roi du carnaval affublé de deux bosses.

A Stavelot, on accueille le troisième dimanche avant Pâques les Blancs Moussis, personnages vêtus de blanc et de longs nez qui entourent géants et cortèges.

En Flandre, Ostende s’anime à la fin de l’hiver avec le Bal du Rat mort.

A une autre période de l’année, en juillet, Bruxelles voit s’organiser des joutes au Sablon, parallèlement à l’Ommegang, reconstitution historique de l’arrivée de Charles Quint et de sa suite sur la Grand-Place. On se croirait en 1549…

 

Et ne vous avisez pas de prendre tout ça à la légère : ici, le folklore est un sujet sérieux !

Articles associés

+ d'articles associés

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

AVRIL 2022

cover JV86

 

 

  • Enquete: L'essor des cercles privés
  • Spécial montres: Design et innovations
  • Escapade, Bordeaux sans modération

 

 

 

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Tapis plain »

    Le tapis plain est tout simplement de la moquette.

  • « m2 pas Carrez »

    Attention : il n’y a pas de loi Carrez en Belgique, c’est donc toujours moins ! Il arrive même que l’épaisseur des murs soit comprise dans la surface !

  • «  En dedans »

    Une préposition chasse l'autre.