Capri, éden éternel

Lundi 28 juin 2021

Au sud de la baie de Naples, un petit rocher escarpé est connu mondialement. Capri fait rêver depuis l'Antiquité. Baignée par les eaux d’un bleu turquoise de la mer Tyrrhénienne et le soleil presque toute l’année, cette île romantique vous bercera entre histoire, culture, architecture et plaisirs balnéaires !

Après une traversée d'une heure depuis le port bruyant et frénétique de Naples, Capri vous accueille avec ses falaises abruptes et son maquis méditerranéen culminant à 589 mètres au Mont Solaro. Des quais de Marina Grande, il faut prendre le charmant funiculaire, datant de 1907, pour monter dans la ville ancienne. A l'arrivée, une halte s'impose à La Piazzetta pour un expresso ou une orange pressée. Dominées par le dôme baroque de l'église Santo Stefano, les terrasses sont prises d'assaut pour voir et être vu.

Maxime Gorki comparait l'endroit à une scène d’opéra et cela n'a pas beaucoup changé ! Aux abords de la place, il faut déambuler dans les ruelles blanchies à la chaux, tortueuses, étroites et beaucoup plus calmes pour apprécier le charme des lieux… À un moment, vous serez forcément happé par la Via Camerelle et ses nombreuses boutiques de luxe, dignes du boulevard de Waterloo à Bruxelles. Preuve que la destination attire encore les gens fortunés du monde entier. Et cela ne date pas d'hier ! Les empereurs romains Auguste et Tibère y séjournèrent régulièrement.

À la fin de sa vie, ce dernier dirigea même l'Empire Romain depuis sa luxueuse villa Jovis de 7.000 m2 dont on peut encore visiter les ruines. Profitez-en pour jeter, à deux pas, un coup d'œil à la Villa Lysis (1905) et son jardin luxuriant qui méritent le détour. Un des édifices le plus caché et enchanteur de l'île voulu par le baron Fersen, dandy français et poète sulfureux. À la même époque, Axel Munthe (médecin et écrivain suédois) construisit - sans architecte - sa demeure, la Villa San Michele. Elle abrite toujours sa collection d'œuvres d'art antiques. « Ma maison doit être ouverte au soleil, au vent et aux voix de la mer, comme un temple grec, et à la lumière, la lumière, la lumière partout ! ».


Le succès et la renommée de l'île ne se sont jamais démentis avec le temps. Tout d'abord, elle a été une destination de villégiature pour l'aristocratie romaine, à la saison estivale où la température était trop élevée dans la capitale. Puis, à partir du 19e siècle, elle sera fréquentée par des artistes, des intellectuels et le gratin de l’aristocratie européenne, puis la jet-set s'empara du mythe. Ainsi, Oscar Wilde, André Gide, Pablo Picasso, Jean Cocteau, Aristote Onassis, Grace Kelly, Sophia Loren profiteront des lieux... Dans les années 1960, elle servit aussi de décor pour le film de Jean-Luc Godard « Le Mépris » (1963) avec Brigitte Bardot et Michel Piccoli. Avec plus particulièrement, cette scène inoubliable sur le toit-solarium de l'incroyable villa de l'écrivain Malaparte datant de 1943. Malheureusement, elle ne se visite pas. Ancrée sur son éperon rocheux de 32 mètres au-dessus de la mer, elle reste imposante depuis le sentier côtier de Capo Massullo. Baguenauder pour aller de villa en villa est un bon prétexte pour découvrir la beauté de l'île. Longue de six kilomètres sur presque trois kilomètres de large au maximum, elle recèle de nombreux sentiers sauvages bien balisés et bordés de citronniers, de chênes verts et d'euphorbes. Ici, à part les taxis décapotables -inoubliables, mais hors de prix- et les bus lilliputiens, une bonne paire de chaussures de marche sera votre meilleure alliée pour sillonner ce caillou de 10 km2. Cette balade vous offrira des vues époustouflantes sur des criques désertes (ici point de plages de sable), la Via Krupp (chemin pavé en lacets avec des virages en épingle à cheveux), les Faraglioni (trois éperons emblématiques résultant de l'érosion marine, d’une centaine de mètres de hauteur chacun) ... Vous reviendrez de cette escapade sûrement ravi, comme Alexandre Dumas qui clamait « Dites-moi si, dans le monde, il y a quelque chose qui puisse se comparer à un pareil spectacle ». Bref, Capri, c’est loin d’être fini !
Ludovic Maisant

 

PRATIQUE :


À VOIR
Église San Michele
Dédiée à l’archange Saint-Michel, l’église baroque de San Michele construite entre 1698 et 1719 à Anacapri ne paye pas de mine depuis l’extérieur. Surprise à l’intérieur, vous vous trouverez face à face avec le paradis terrestre et des couleurs éclatantes pourtant vieilles de plus de 250 ans. En forme de croix grecque avec un plan octogonal, cette église est célèbre pour son sol en majolique, réalisé en 1761, où Adam et Ève -entourés d'animaux divers- sont représentés chassés du paradis terrestre. Le sol est intégralement recouvert d’un pavement polychrome qu'on admire en surplomb d'une estrade en bois. Une splendeur de l'art napolitain du 18e siècle !
Piazza San Nicola, Anacapri, site : chiesa-san-michele.com.
Villa San Michele
Nichée à 327 mètres au-dessus de la mer, la Villa San Michele offre une vue saisissante sur Sorrente et le Vésuve. Cette folie néo-classique a été construite sur une ancienne villa romaine par Axel Munthe (1857-1949), médecin de la Reine Victoria de Suède, écrivain, philanthrope et défenseur des droits des animaux. Elle rassemble une importante collection d'art, principalement des sculptures d'origine égyptienne, étrusque et romaine. À admirer dans un écrin absolument idyllique. Le jardin vient d'ailleurs d'être récemment classé comme le plus beau du pays. Autre atout : c'est une des rares résidences à être restée intacte depuis sa construction (tout début du 20e siècle). Une visite incontournable !
34 Viale Axel Munthe, Anacapri, site : villasanmichele.eu.

BOUTIQUES


Eco Capri


Francophone, le charmant Federico Alvarez de Toledo connaît parfaitement Capri puisqu’il représente la sixième génération à y vivre. Juste à côté de La Piazzetta, cet italien natif de Uccle a ouvert « Eco Capri », une boutique et une marque largement inspirée du travail de son élégante grand-mère, Letizia Cerio (artiste locale des années 1950). Libre à vous de repartir avec un foulard imprimé, un sac brodé, un foulard en soie, un jeu de vaisselle, une robe chic.... Le tout « Made in Italia » bien sûr ! Pour se préparer au 10 ans de la marque, il vient d’emménager dans une nouvelle boutique !
14 Via Fuorlovado, site : ecocapri.com.
Farella
Fondée en avril 1990 par les quatre sœurs Farella (Margherita, Gaetana, Elisabetta et Maria) désormais épaulées par leurs quatre filles, la marque Farella est connue pour son travail artisanal et insulaire de la maille (cachemire, mérinos, coton, lin et soie) déclinée en cardigans, pulls, châles... Son best-seller reste le châle en cachemire tissé sur un métier à tisser manuel qui se trouve non loin de la boutique. Chaque pièce est unique !
21c Via Fuorlovado, site : farella.it.

RESTAURANT ET BAR


Le Grottelle
À quelques enjambées de l’Arche Naturelle (formation rocheuse creusée par l'érosion et haute de 18 mètres), le restaurant « Il Grottelle » se trouve sur le sentier du littoral. Noyé dans la nature, il offre une terrasse panoramique de rêve, ombragée, face à la Côte Amalfitaine, avec un service chaleureux et une cuisine italienne savoureuse, à prix compétitif vu la qualité des plats. Le choix sera difficile entre la salade caprese, les pâtes aux fruits de mer, la torta caprese (gâteau au chocolat et aux amandes) ... Et pour finir, il faut essayer une autre spécialité locale : le limoncello (liqueur de citron). Bref, une halte idéale pour un déjeuner bien mérité au frais ou pour un dîner au clair de lune. N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à la cuisine intérieure creusée dans la roche !


3 Via Arco Naturale, site : capri.it/it/c/le-grottelle.
Jacky Bar
À l'entrée du cinq étoiles « Carpi Tiberio Palace » (44 chambres), son Jacky Bar dégage une atmosphère chic, dans un esprit oscillant entre les années 50 et le Cotton Club avec son mur couvert de chapeaux Borsalino, son piano blanc immaculé, ses vieux ventilateurs, les fauteuils colorés d'Eero Saarinen ... Une réussite de l'ancien créateur de mode milanais devenu architecte d’intérieur, Giampiero Panepinto. Évidemment, le nom de l'établissement est un clin d'œil à Jackie Kennedy qui aimait fréquenter l'île. À voir sur place :un véritable palmier qui trône derrière le comptoir et transperce le plafond !
11-15 Via Croce, site : capritiberiopalace.it.

HÔTELS


Hôtel Quisisana
L'hôtel Quisisana est ancré dans l'histoire. Cet ancien sanatorium (Quisisana signifie « on y guérit ») fondé en1845 puis transformé en 1861 en hôtel a vu défiler de nombreuses personnalités internationales marquantes, comme Ernest Hemingway ou Jean-Paul Sartre. Et, on peut les comprendre dès l'entrée, avec un vaste lobby en marbre chapeauté par un large lustre en cristal et la présence d'un personnel au petit soin. On bascule dans une oasis de glamour, de sérénité et de luxe en plein cœur du vieux Capri. Le tout est complété par un vaste jardin et une piscine qui domine la mer. À défaut d'y dormir, allez en fin de journée boire le meilleur Bellini de l'île (cocktail à base de prosecco et de purée de pêches blanches) et profiter de la dolce vita locale...
2 Via Camerelle, site : quisisana.com.
Capri Palace


Le Capri Palace, inauguré dans les années 1960, vous accueille dans une ambiance sobre et dominée par la couleur blanche ponctuée d'art contemporain (essentiellement italien) provenant de la collection privée du maître des lieux, Tonino Cacace. Au centre d'Anacapri, l'hôtel, avec ses 68 chambres, s'inspire des palais napolitains du 18e siècle. Cerise sur le gâteau, le palace propose deux restaurants étoilés Michelin, avec un faible pour Il Riccio, pieds dans la Méditerranée au sein du beach-club. A deux brasses, se trouve la Grotta Azzurra, grotte maritime karstique réputée pour ses reflets lumineux bleus presque cobalt et accessible uniquement en barque, pour un coût d'environ 30 € par personne.
14 Via Capodimonte, Anacapri, site : capripalace.com.

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

DEC 2021 - JANV 2022

COVER_JV_84.jpg


Enquete: En 2022, tout va mieux


Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :