Chantal Rens

Paru dans JV39 | Photos : E. Scagnetti

Chantal Rens passe sa jeunesse dans le centre de la France, à Vichy, puis vingt-deux années à Paris où, psycho-sociologue, elle débute sa carrière professionnelle en tant que responsable de formation dans le milieu bancaire, puis en tant que journaliste économique. Son credo « aide-toi et le ciel t’aidera » lui permet de rebondir après une page douloureuse de son existence et, quelques années plus tard, son mariage avec un Belge d’Anvers lui fait découvrir Bruxelles où elle s’installe avec ses deux enfants en 1997. L’un se réalise dans la musique, l’autre termine des études commerciales à Paris.

Son credo : « trouver sa voie »

Son intérêt pour l’être humain l’amène à ce constat : « parmi les nombreuses personnes que je rencontre, combien peuvent se targuer d’avoir vraiment trouvé leur voie ? » C’est ainsi qu’elle entame sa troisième carrière professionnelle à Bruxelles après de multiples formations en France et en Belgique. Elle fait sienne cette conviction de James Hillman, psychanalyste américain jungien : « chaque personne porte en soi une unicité qui est déjà présente, avant de pouvoir être vécue. » Du rêve à la réalité : comment trouver ma place dans la vie ? à partir de quels atouts et de quels talents ?

Surmonter ses inhibitions et mettre en œuvre ses objectifs

Dorénavant, c’est ce à quoi Chantal Rens va s’atteler : accompagner des jeunes de 15 à 25 ans pour les aider à définir une orientation, approfondir leur motivation et mettre au point une méthode de travail, ce qui leur permet de développer leur confiance en eux... Elle reçoit également des adultes, en gestion de carrière, notamment des femmes, qui cherchent à trouver leur juste place dans la vie. Ensemble, elles formalisent un projet, professionnel ou non, et tracent un itinéraire pour le matérialiser au mieux.

Ce que Chantal Rens trouve particulièrement intéressant dans cette démarche, c’est qu’elle concerne à la fois la réalité psychique de l’individu (blocage émotionnel, croyance limitante...) et, une fois ces inhibitions surmontées, la mise en œuvre concrète de leurs objectifs (réussite d’examens, rédaction de Cv, simulation d’entretiens...). En parallèle, son amour des mots l’a poussée à rédiger différents ouvrages sur ses sujets de prédilection, « travailler son marketing personnel », « savoir évoluer en interne », « stimuler sa créativité », etc.

Le temps de détente qu’elle s’accorde, elle le passe le plus souvent en mer, grâce à la passion de son mari. Ces échappées sur leur bateau lui permettent de se ressourcer le long des côtes belges. Avant de replonger dans l’exploration de nouveaux talents.

Articles associés

+ d'articles associés
  • Français d'ailleurs

    Aux Bahamas, bien loin des clichés

    Paru dans JV 52 - décembre 2015 / janvier 2016

    Après quinze années passées au Luxembourg, Pia a suivi son mari aux Bahamas.  

  • Français d'ici

    Christian Rouanet

    Paru dans JV 45

    Rien ne prédisposait Christian Rouanet à devenir le patron d’une PME wallonne réalisant tout juste deux millions de chiffre d’affaires et employant au total huit personnes, lui compris.

  • Français d'ici

    David Chicard - Sotheby's Immobilier

    Paru dans JV 42 - Avril-Mai 2014

    David Chicard a pris avec Emmanuel Van de Putte la direction des branches de Sotheby’s à Bruxelles : la maison de vente aux enchères et l’agence immobilière.

  • Français d'ici

    Annemieke Dubois et Geneviève Heintz

    Paru dans JV 43

    Elles viennent toutes les deux des Ressources humaines. Après avoir fait leurs armes dans des sociétés, elles ont décidé d’ouvrir l’antenne belge de Berkeley, l’agence matrimoniale très haut de gamme venue de Londres.

  • Français d'ici

    Romaine Romanet

    Paru dans JV 39

    La curiosité et l’énergie définissent le parcours de cette Française infatigable. Avec son mari et ses quatre enfants, ils n’ont cessé de voyager. Et font escale à Bruxelles depuis septembre 2013.

  • Français d'ici

    Alix et Jean-Philippe Hubin

    Paru dans JV 43

    Il y a trente ans, ils ont racheté Somater, entreprise d’emballage, sans rien connaître au métier. Elle s’est formée, il l’a rejointe. A deux, ils en ont fait une belle aventure.

  • Français d'ici

    Nadine Flammarion

    Paru dans JV 45

    En famille, elle a ouvert un hôtel dans les Galeries Saint-Hubert

  • Français d'ici

    Frédéric Montfort

    Paru dans JV 49 - été 2015

    Depuis 2011, il a pris la direction du cours Florent à Paris et ouvert deux antennes, à Montpellier et Bruxelles.

  • Français d'ici

    Béatrice Salmon

    Paru dans JV 43

    Cette Bretonne des Côtes d’Armor occupe le poste de conseillère culturelle et scientifique auprès de l’ambassadeur de France à Bruxelles.

  • Travailler

    Le chômage à votre retour en France

    Mercredi 10 février 2016

    Les réglements communautaires prévoient l'indemnisation du chômage par le pays de résidence à votre retour.

  • Français d'ici

    Patrice Besse et Stéphane Schweitzer

    Jeudi 15 mai 2014

    En 20 ans, Patrice Besse a fait de l’agence immobilière familiale un groupe haut de gamme français. Il arrive à Bruxelles avec Stéphane Schweitzer.

  • Français d'ici

    Isabelle Cattelat

    Paru dans JV 45

    La couture est devenue sa passion. Après quelques allers-retours entre Bruxelles, Paris et ses terres natales à Montpellier, Isabelle a ouvert avenue Louise une "Maison de Couture" qui dispense cours et ateliers.

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

AVRIL 2022

cover JV86

 

 

  • Enquete: L'essor des cercles privés
  • Spécial montres: Design et innovations
  • Escapade, Bordeaux sans modération

 

 

 

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Rez »

    ... il est de chaussée, comme en France.

  • « cloche »

    Ni clochard, ni imbécile, ni attribut de grand restaurant ...

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.