Parenthèse française à la Macadam Gallery

Aucune date spécifiée

La Macadam Gallery met à l’honneur les créations d’artistes français du 6 au 30 mai inclus. Elle propose un dialogue inédit autour des œuvres de Thomas Devaux et  du duo Roda.

Établi à Paris, le photographe plasticien Thomas Devaux est l’auteur de plusieurs séries de clichés complexes, où tant les valeurs fondatrices, que les évolutions actuelles de la photographie entrent en jeu. Son travail photographique, proche de la peinture et du dessin, lui permet de poursuivre sa recherche sur les thèmes du sacré, du profane et de la transcendance, que l’on retrouve dès ses premiers travaux.

Il exposera les pièces de son nouveau cycle artistique intitulé "Cet obscur objet du désir". Le projet illustre une fable plastique, où le public est invité à prendre conscience de sa propre consumation par la puissance de la contemplation. 

Le duo formé par Roda proposera un ensemble d’œuvres articulé autour de la tension et du mouvement. Les deux acolytes ont fusionné leur créativité après 15 années de carrières respectives. Leurs œuvres s’inspirent de nouveaux matériaux, comme l'or, qui se mêlent à des techniques et formes innovantes pour inviter les visiteurs à se plonger dans un univers de gravité. 

Macadam Gallery est engagée dans la représentation et le soutien de nombreux artistes belges et internationaux. Située dans le quartier des Marolles, dans le centre historique de Bruxelles, la galerie présente une sélection d'artistes contemporains dont l'identité est constituée par un réel engagement dans le fond et la forme.

Informations. 

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

DEC 2021 - JANV 2022

COVER_JV_84.jpg


Enquete: En 2022, tout va mieux


Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Endéans »

    Vous devez répondre "endéans" les 8 jours... comprenez "sous les 8 jours".

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.

  • « Quatre heures quart »

    En Belgique, on dit « quatre heures quart » et même « quatre heures moins quart ».