Faire de son Jan

Jeudi 13 décembre 2012

À la question de savoir ce que signifie « faire de son Jan » nous avons obtenu la réponse : « faire de son nez ». Clair, non ? Non ?

En effet, pas vraiment car faire de son nez est une autre façon de dire faire l’important, en français cette fois, mais en français de Belgique et sous une forme que l’on ignore en France.

Car faire de son Jan qui s’écrit avec un J mais se prononce Ian ou Yann est une expression bruxelloise et quoi qu’en disent les francophones, les expressions bruxelloises puisent dans les racines flamandes de la capitale belge.

Et la graphie de Jean, Ian, Yann, Yohann, Sean… en flamand est Jan.

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Février - mars 2020 

COVER 77 mini
  • Enquête: études supérieures - France ou Belgique, comment choisir sa formation?
  • Talents belges: foire du livre, dix auteurs à suivre
  • Escapade à Mons, à Cadzand et dans le Kent 

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Endéans »

    Vous devez répondre "endéans" les 8 jours... comprenez "sous les 8 jours".

  • « Pas peur des gendarmes »

    Ce gendarme là n’est rien d’autre que ce que nous appelons une mouillette;

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.