Oh my baby ! : anglicisme à la belge

Jeudi 13 décembre 2012

On sait le goût de nos amis belges pour les anglicismes dont on nous dit qu’ils sont la conséquence de la coexistence non pacifique des deux langues majeures du pays.

Et ainsi, que dans un compromis à la belge, on fait usage d’une 3ème langue pour ne pas avoir à choisir.

On se souvient que « nursing » veut dire infirmière, alors qu’en France où l’anglicisme prend des libertés avec la langue de Shakespeare, la nurse est une garde d’enfants haut de gamme, l’anglomanie ayant été le signe distinctif d’une bourgeoisie voulant se donner des airs cosmopolites. Et ce sont les Belges qui s’affranchissent de l’anglais pur en baptisant leurs gardes d’enfants « babysit » plutôt que baby-sitters. Allez comprendre.

Inscrivez-vous à nos newsletters

Recevez deux fois par mois nos bons plans et idées pour vos week-ends !

JV en kiosque - Abonnement

Déc.-Jan. 2018

couvJV64mini
  • Enquête généalogie: vos ancêtres sont-ils Belges ?
  • Bonnes adresses : les meilleurs traiteurs à domicile
  • Redécouvrir le centre de Bruxelles
  • La danse en Belgique
En vente chez votre libraire le 7 décembre 2017.

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Pelons notre oeuf »

    Dur l'oeuf.

  • « Rawette »

    Allez, laissez-vous tenter !

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.