Jean-Marc Roussot

Paru dans JV 44 | Texte : Alain Lefebvre, Photos : Denis Erroyaux

 

macaronelu

 

 

Jean-Marc Roussot a été élu "Personnalité française de l'année" par les internautes, lors des Victors 2015! 

 

 

 

 

 

C’est un véritable Parisien de souche qui vient d’être élu – c’était en juin – à la présidence de la représentation en Belgique de l’Union des Français de l’Etranger (UFE). Son tropisme pour le Nord et la Belgique n’en est pas moins fort et ancien. Passionné d’aviation, il migrera vers Merville en Flandre française pour passer simultanément son brevet de pilote privé et son bac. C’est là, pendant sa prépa, qu’il fera la connaissance d’Isabelle qui deviendra sa femme et l’est restée quarante ans plus tard, lui donnant quatre enfants (et quatre petits-enfants). Après un indispensable passage par Toulouse pour assurer le cursus aéronautique (ENAC), il passera ensuite six ans à Paris et plus précisément à Athis Mons, professionnellement, au Centre de Contrôle aérien.

En 83, ce sera le premier séjour à Bruxelles, et c’est avec tristesse qu’ils quitteront au bout d’un an la capitale belge dans laquelle ils se sentiront tout de suite chez eux. Il faudra attendre 91 pour qu’ils y reviennent, définitivement cette fois, et n’envisagent de revenir en France que longtemps après les débuts d’une retraite que Jean-Marc, 60 ans, ne prévoit pas de prendre de sitôt. Expert en navigation aérienne chez Eurocontrol, Jean-Marc Roussot entend bien voir de ses propres yeux, à son poste, l’aboutissement de cette construction du ciel unique européen auquel il participe. La vision à long terme est d’ailleurs ce qui intéresse fondamentalement Jean-Marc Roussot qui regrette qu’on la sacrifie aujourd’hui volontiers à des préoccupations de courte vue. L’homme est aussi engagé. Il le fut dans sa commune belge dès son arrivée, il le fut aussi à l’UDF en Belgique qu’il présida puis dont il s’éloigna quand les orientations du Modem lui semblèrent dévier de la ligne centre-droit qui était la sienne. Homme d’associations aussi, il préside depuis près de dix ans l’AGIF, une association qui réunit depuis plus d’un siècle ingénieurs, universitaires et scientifiques de langue française à Bruxelles et il a adhéré à l’UFE dès le début de son second séjour en Belgique.

C’est avec un style très différent qu’il succède à la présidence de cette dernière à l’indomptable Catherine de Vallois connue pour son franc parler, et sa diplomatie offensive. Lui qui n’élève jamais la voix n’entend pas pour autant laisser l’initiative aux autres. Ses objectifs en terme d’adhérents ? « Le potentiel de l’UFE est constitué par ses 250.000 sympathisants. » Tous les Français de Belgique, en somme, pour ce discret ambitieux.

Site : ufe.be.

Articles associés

+ d'articles associés

Newsletter

JV en kiosque - Abonnement

Octobre 2018

JV69
  • Enquête - La bière en Belgique
  • Virée à Louvain
  • Notre dossier sur la Grande Guerre
  • Découverte de la communauté des collectionneurs de montres
En vente chez votre libraire le 07 septembre.

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :