Laurent Olives, un peu de soleil à Anvers.

Paru dans JV8, septembre 2008 | Texte : Aurélie Koch, Photos : Serge Anton

Laurent Olives, un peu de soleil à Anvers.


Venu du Sud de la France il y a presque 20 ans, cet Albigeois qui n’a pas peur de retrousser ses manches a su imposer sa cuisine méditerranéenne à Anvers, résistant aux modes et aux diktats éphémères.


Son accent chantant étonne lorsqu’il commence à parler : on ne renie pas aussi facilement ses origines méditerranéennes, surtout lorsqu’on en défend la culture via l’assiette ! «Mes parents et grands-parents étaient dans la restauration, mais ça ne m’intéressait pas. J’ai fait les Beaux-Arts à Nice, puis je suis venu m’installer à Bruxelles parce que, à l’époque, c’était encore la capitale la moins chère d’Europe. J’y ai fait de la sculpture pendant quatre ans, puis je me suis redirigé naturellement vers le secteur familial. En 1993, j’ai découvert Anvers qui était alors “capitale culturelle” de l’année. La ville et sa créativité m’ont séduit, j’ai décidé de m’y installer.

J’ai monté mon restaurant A la Ville en 1994, dans le même endroit, le même décor et avec la même équipe que ceux que vous voyez aujourd’hui. Au début, c’était dur : la cuisine du Sud n’était pas “à la mode”. Mais moi je me fiche de ces diktats : si je les avais écoutés, j’aurais changé dix fois de cuisine, de lieu et de couleurs de murs ! J’ai tenu bon, et aujourd’hui, je sens que même dans cet univers des créatifs, ils recherchent la simplicité, les produits simples et naturels, et que du coup je rentre dans leur cadre ! Anvers est une société très cosmopolite, mais figée dans des ghettos: les juifs orthodoxes, les francophones du diamant, les Marocains, les Indiens, etc., tout le monde habite la même ville mais personne ne se croise, c’est insensé. Cela a d’ailleurs beaucoup changé : quand je suis arrivé, tout le monde était bilingue ou presque. Maintenant, ça se perd, et les résistances flamandes sont fortes. Mais je ne mêle pas des problèmes communautaires, je parle le néerlandais, et j’accepte qu’on refuse de me parler français. Après tout, c’est moi qui ai choisi de vivre ici… »


Son restaurant:

A La Ville - 37 Zirkstraat, 2000 Anvers, tel 03 225 08 82.

 

 

 

Ses bonnes adresses :

Restaurant : Non Solo Té – 1 Museumstraat, 2000 Anvers, tel 03 248 49 54. « De la cuisine italienne excellente : le patron cuisine, sert en salle, fait tout, seul. »

Traiteur : ’t Kaas - boerinneke – 169 Turnhoutbaan, 2140 Anvers, tel 03 235 86 27. « Pour les petits fromages de producteurs. »

Galerie d’art : Baudelaire – 41 Sint-Paulusstraat, 2000 Anvers, tel 03 227 26 40. « Pour les photographies contemporaines. »

Mode : Louis – 2 Lombardenstraat, 2000 Anvers, tel 03 232 98 72. « Pour les créateurs flamands, avec une excellente sélection. »

Articles associés

+ d'articles associés
  • Librairies

    Copyright bookshop

    Paru dans JV16, Décembre-Janvier 2010

    A Gand et à Anvers, une librairie dédiée à l’architecture, la photo, au graphisme, à l’art contemporain et à la mode...

  • Mode

    Parcours soldes à Anvers

    Dimanche 4 janvier 2015

    Pour les soldes de janvier, suivez notre parcours shopping à Anvers, la plus branchée des villes belges !

  • Talents

    Jan Fabre

    Paru dans JV34 et JV42

    Depuis trente ans, cet artiste belge s’exprime comme plasticien, homme de théâtre, auteur, sculpteur…

  • Expos

    Bonaparte et l'Escaut

    Du samedi 23 mars 2013 au samedi 30 mars 2013

    Du 23 mars au 30 juin 2013, le MAS, dernier né des musées anversois, s'intéresse à Anvers sous la domination napoléonienne.

  • Enfants

    Lycée Français International d'Anvers

    Mardi 8 octobre 2013

    Le Lycée Français International d’Anvers propose deux parcours bilingues français-néerlandais et français-anglais.

  • Pain

    Poilâne ouvre à Anvers

    Mercredi 18 mai 2016

    Le boulanger de la rue du Cherche-Midi s'installe sur un ancien site industriel près d'Anvers.

  • Restos

    16 terrasses et jardins qui ouvrent l'appétit

    Paru dans Guide des Bonnes adresses 2017-2018

    Prendre l’air : 16 terrasses et jardins qui ouvrent l’appétit (ci-dessus, The Lodge)

  • Se loger

    Les Français d’Anvers

    Paru dans JV26, Septembre 2011

    Quels sont leurs quartiers de prédilection et comment vivent-ils leur expatriation dans cette ville néerlandophone si différente de la capitale ?

  • Talents

    Les bijoux de Wouters & Hendrix

    Paru dans JV 44

    Les deux créatrices de bijoux Katrin Wouters et Karen Hendrix soufflent les 30 bougies de leur duo et de leur marque Wouters & Hendrix. Trente années d’enthousiasme et d’amitié.

  • Intérieur

    Graanmarkt 13

    Mercredi 18 avril 2012

    À Anvers, une invitation à la découverte pour la déco, le design et la mode. Le restaurant du rez-de-chaussée est incontournable.

  • Français d'ici

    Clarit Alofs, à l'école de la vie

    Paru dans JV34, Décembre-janvier 2013

    Son parcours atypique l'a conduite à maintenant diriger le Lycée français international d’Anvers.

  • Voiture en Belgique

    « Low Emission Zone » (LEZ) : comment ça marche ?

    Mercredi 22 mars 2017

    Le point sur les zones de basses émissions en Belgique.

Inscrivez-vous à nos newsletters

Recevez deux fois par mois nos bons plans et idées pour vos week-ends !

JV en kiosque - Abonnement

Avril - Mai 2018

cover66small
  • Enquête - Art contemporain, la Belgique s'impose
  • Le pain en Belgique
  • Namur au printemps
  • Le Japon sans se ruiner
En vente chez votre libraire le 12 avril 2018.

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.

  • « S’encourir »

    Attntion mal vu !

  • « Quarante et des chiques »

    La valeur n'attend pas le nombre des années ...