Ciel Mes Bijoux

Paru dans JV 39 - Oct-nov 2013 | Texte : Aurélie Koch, Photos : G. Zille
Manchette moderne d'Hervé Van Der Straeten

Godelieve et Patrick Sigal ont été précurseurs, en Belgique, dans la recherche et la vente de bijoux et parures qui ont accompagné les défilés de haute couture du XXe siècle. Depuis à peu près 25 ans, ils occupent une place de choix dans le monde des amateurs de « vintage », mot aujourd’hui galvaudé apparu bien après leurs premières trouvailles. Depuis 15 ans, leur boutique « Ciel Mes Bijoux » dans les galeries Saint-Hubert, qui se présente comme un écrin, cache dans ses tiroirs des raretés chargées d’histoires.

Ces histoires, ce sont bien entendu celles de Schiaparelli, de Chanel, de Balenciaga, de Cardin, d’Yves Saint Laurent et plus récemment de Christian Lacroix, mais ce sont surtout celles d’ateliers et d’artisans au prestige et au savoir-faire inégalés, comme Robert Goossens ou la Maison Gripoix. Patrick Sigal est intarissable sur chaque bijou, et sur la virtuosité de ces artisans maîtres de l’illusion des matières, qui étaient des artistes bien avant d’être des paruriers.

C’est dans cet esprit, justement, que Ciel Mes Bijoux met également en avant des desi- gners, comme Hervé Van Der Straeten, qui avait beaucoup d’autres objets à créer en marge des accessoires qu’il réalisait pour les collections haute couture de Christian Lacroix.

16, Galerie du Roi,
1000 Bruxelles, 
Tél : +32 2 514 71 98

Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h30.

 

Articles associés

+ d'articles associés

Newsletter

JV en kiosque - Abonnement

Déc-Jan 2019

jv70ok.jpg
  • Enquête - La bière en Belgique
  • Virée à Louvain
  • Notre dossier sur la Grande Guerre
  • Découverte de la communauté des collectionneurs de montres
En vente chez votre libraire le 07 septembre.

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Le Gille »

    Bouffon du folklore wallon...

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.

  • « Quarante et des chiques »

    La valeur n'attend pas le nombre des années ...