David Boussier, la maîtrise de son art

Paru dans JV 27, oct 2011 | Texte : Aurélie Koch, Photos : Serge Anton

 

David Boussier, ébéniste, la maîtrise de son art.

 

Ce Nantais a commencé par l’architecture, avant de se tourner vers le mobilier. Il a relevé le défi de maîtriser l’artisanat avant d’aborder la création. La qualité de ses réalisations prouve la justesse de cet enchaînement.

 

David Boussier est né à Nantes. Il aurait pu y passer de nombreuses années si, choisissant de s’inscrire en architecture, il n’avait, après un an et demi, décidé de délaisser ces études pour s’adonner à sa passion naissante : le mobilier.


Il savait enfin ce qu’il voulait, sans trop comprendre cependant le meilleur moyen d’y parvenir, découvrant que la fin (la création) s’improvisait trop souvent avant que les moyens (l’artisanat) ne soient réellement maîtrisés. Perfectionniste et décidé, il a donc eu l’audace, à l’heure où il était plus que bien vu de s’auto-proclamer designer sans assumer vraiment son manque de formation, de se diriger vers l’ébenisterie. Adieu Nantes, donc, avec une première étape à Paris, où il rejoint un cycle d’études en apprentissage. Il a 21 ans, ses petits camarades de classes en ont 16, ont généralement été catapultés dans la section mobilier par défaut, n’ayant pas le désir de devenir éléctricien ou plombier.

Pas facile, dans ce contexte, de s’épanouir ? C’est mal connaître David qui, se frottant à tant d’indécision et de contradiction, ne fait que renforcer sa motivation, même s’il décide de chercher ailleurs comment se former. Il constate cependant avec peine la dévalorisation de l’artisanat. Pour lui, à l’image des maîtres du XXe, point de création véritable sans maîtrise absolue de la technique. Cette connaissance (enfin, une partie !), il l’acquerra à l’école Saint-Luc, à Tournai, où il rejoint la section ébenisterie pendant deux ans. Il y côtoie enfin des gens motivés par la même passion, et y rencontre sa femme Léonie. Après Saint-Luc, il part pour Londres dans le meilleur atelier de la ville, Windmill Furniture, qui possède entre autres la licence pour produire du mobilier de Marcel Breuer, et y reste trois ans. Se sent-il enfin prêt à s’exprimer ? Pas tout à fait... Il repart ensuite à Tournai pour se perfectionner en sculpture d’ornement, dans l’atelier de Monsieur Kint, éminent professeur. La dernière année de formation, il la passe à l’école Boulle, en dessin, modelage et sculpture d’ornement. Il travaille en parallèle, dans des ateliers ou à son propre compte.

Mais Paris est cher, son atelier est loin. Avec Léonie dont la famille est dans le Nord, ils décident de venir à Bruxelles. C’était il y a quatre ans. Depuis, il réalise ses projets, elle a ouvert le magasin « Mercredi », au Châtelain, il y expose ses belles créations. Et la perfection des lignes de son mobilier attestent de son savoir-faire.

Mercredi, 48 rue Armand Campenhout, 1050 Bruxelles, site : mercredi-bruxelles.com.

Articles associés

+ d'articles associés
  • Talents

    Jadis au Présent

    Paru dans JV 40

    L'un des spécialistes de la restauration de verrerie...

  • Français d'ici

    Jérôme Prud’homme, Signes extérieurs de confort

    Paru dans JV31, été 2012

    Il vit en France, il en a la nationalité… mais son coeur, son travail et sa culture ont élu domicile en Belgique.

  • Talents

    Jules Wabbes, designer

    Paru dans JV17 , février-mars 2010

    Bulo réédite quelques pièces du designer. Mais qui est Jules Wabbes ?

  • Français d'ici

    Albane de Sigy Cromback

    Paru dans JV n°38

    Madaket, la marque de mobilier pour enfants d'Albane de Sigy Cromback, est née d’une envie simple: proposer aux parents un mobilier contemporain et élégant pour les chambres de leurs enfants.

  • Intérieur

    Habitat

    Mercredi 18 avril 2012

    Habitat – Au coeur du Woluwe Shopping Center, le seul Habitat de Bruxelles a l’avantage de bénéficier d’un grand parking et de plusieurs autres magasins autour de lui.

  • Talents

    Pépinières Solitair

    Jeudi 2 avril 2015

    Dirk Cools est à la tête d’une pépinière d’une centaine d’hectares, et de quelques centaines de variétés d’arbres et plantes, dont une bonne moitié sont sempervirents.

  • Français d'ici

    Fanny-Laure Lepez-Ghillebaert

    Paru dans JV 44

    Après un cursus dans la communication, cette Lilloise a renoué avec l’ébénisterie, sa passion de toujours. Et s’y épanouit avec créativité.

  • Talents

    Les Ateliers du Rivage

    Paru dans JV 43

    Bateaux sur l’eau...

  • Mobilier

    Jean-François Declercq

    Mercredi 18 avril 2012

    Cet antiquaire du XXème siècle travaille sur rendez-vous uniquement, et vous propose un choix d’objets...

  • Mobilier

    Swapp

    Mercredi 18 avril 2012

    Laurence Levis a longtemps tenu « Secret d’Alcôve », au Fort Jaco, et a maintenant ouvert ce bel entrepôt.

  • Mobilier

    Roche Bobois

    Mercredi 18 avril 2012

    Un espace qui présente toutes les collections de la marque.

  • Français d'ici

    Anne et Laurent De Poortere

    Paru dans JV 60 - avril mai 2017

    Ils ont repris la société belge Declercq, qui édite des meubles tubulaires pour les écoles depuis trois générations.

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

Février - mars 2020 

COVER 77 mini
  • Enquête: études supérieures - France ou Belgique, comment choisir sa formation?
  • Talents belges: foire du livre, dix auteurs à suivre
  • Escapade à Mons, à Cadzand et dans le Kent 

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Choco »

    En belge ce n'est pas un biscuit !

  • « Bon appétit »

    Formule de politesse au-delà du Quiévrain, incongruité en deçà !

  • « Occupé à »

    Lorsque le Français s’active, on dit qu’il est «en train de» faire quelque chose. Le Belge, lui, est «occupé à» faire quelque chose.