Passer son permis : en Belgique ou en France?

Paru dans JV18 (avril-mai 2010) - mise à jour : juin 2014

Passer son permis en Belgique

Les conditions

Pour ceux qui doivent passer le permis, il y a par contre quelques distinctions importantes dont il faut tenir compte par rapport aux conditions françaises:
- La limite d’âge est fixée à 17 ans. Il n’est donc pas question en Belgique de commencer son apprentissage dès 16 ans.
- Les résidents étrangers doivent être inscrits au registre de la population, au registre des étrangers ou au registre d'attente d'une commune belge. Une carte d'identité belge ou étrangère suffit.

 L'épreuve théorique

Ces conditions réunies, le candidat peut alors passer l’épreuve théorique qui, comme en France, porte sur le code. En Belgique, cet examen peut toutefois être passé autant de fois que nécessaire alors que dans l’Hexagone, le candidat a droit à cinq présentations maximum.

Le permis provisoire

Une fois le diplôme théorique en poche, l’apprenti-conducteur peut se rendre à l’administration communale pour se faire délivrer un permis provisoire dont la validité est limitée à 36 mois dans le cadre de la filière accompagnée (conduite en présence d’un guide) et de 18 mois pour une conduite non accompagnée.

La pratique

Une fois l’examen théorique en poche, vous vous adressez à la maison communale pour obtenir un permis provisoire dont la nature dépend de la filière d’apprentissage choisie :

• La filière dite « libre » : elle donne lieu à un permis provisoire de 36 mois, et permet de conduire dès 17 ans, avec un accompagnateur. Le guide doit posséder un permis européen depuis au moins huit ans, il doit être inscrit en Belgique et être titulaire d’un document d’identité délivré en Belgique.

• La filière « auto-école » : elle donne lieu à un permis provisoire de 18 mois. Il faut nécessairement commencer par 20h de cours pratiques suivis auprès d’une école de conduite agréée. Au terme des 20h, celle-ci vous délivre, si elle vous estime apte, un certificat. Cela vous coûtera un peu plus de 1.000 euros (voire 1.200-1.400 euros), véhicule d’auto-école et essence compris. Vous pouvez ensuite vous exercer à la conduite sans accompagnateur, mais seulement à partir de l’âge de 18 ans.

Dans tous les cas, un signe « L » doit être apposé à l’arrière du véhicule tandis que l’accompagnateur de l’élève en filière libre doit disposer d’un deuxième rétroviseur intérieur. Notez aussi que tant que l’apprenant est âgé de moins de 24 ans, il n’est pas autorisé à conduire du vendredi au dimanche, la veille des jours fériés et les jours fériés, entre 22h et 6h.

 

En cas d'échec

Après deux échecs successifs à l’examen pratique, il faut suivre six heures de cours pratiques quelle que soit la filière choisie et que les éventuels cours suivis avant les deux échecs ne peuvent entrer en ligne de compte.

Bien entendu, il est aussi toujours possible de changer de filière en cours d’apprentissage, mais à certaines conditions que vous trouverez sur le portail fédéral du Ministère de la Mobilité.

L'épreuve pratique

L’examen pratique est organisé par un centre d’examens déterminé par votre lieu de résidence, coûte 36 euros et se déroule sur la voie publique. Pour Bruxelles, il existe deux centres, à Schaerbeek et à Anderlecht. 

Il vous sera demandé :
- de conduire : l’examen reste classique et très semblable à celui pratiqué en France : une partie « manoeuvres » (un demi-tour dans une ruelle étroite et un créneau) et une partie « routière».
- d'avoir des connaissances quant à certains réglages de la voiture (siège, rétroviseurs) et caractéristiques techniques (état des pneumatiques, freins, niveaux des fluides, feux, ventilation…).
Mieux vaut donc se familiariser quelque peu avec le véhicule d’examen avant de passer l’épreuve…

En pratique...

• Pensez à prendre rendez-vous plusieurs semaines à l’avance, surtout si vous êtes en filière libre (les auto-écoles possèdent des plages habituelles entre lesquelles il est difficile de s’insérer) et durant les vacances scolaires.

• Bruxelles a la réputation - fondée ou pas - d’être particulièrement tatillonne en matière d’évaluation, surtout pour les candidats appartenant à la filière libre : est-ce parce qu’ils seraient moins bien préparés ou, plus généralement, parce que les rues de la capitale sont par nature un lieu d’examen plus exigeant ? Sachez en tout cas qu’on vous tendra certainement des « pièges » visant à vous induire en erreur, et que même sans commettre de faute en regard du code de la route, l’examinateur jugera et interprètera aussi votre attitude, votre aisance, etc. Si vous estimez avoir été victime d’un abus, vous avez 15 jours pour introduire un recours… Il coûte 12,5 euros.

• Vous pouvez passer l’examen avec votre véhicule mais celui-ci doit être en ordre techniquement et administrativement, et si vous disposez d’un permis « 36 mois », il doit être muni du rétroviseur intérieur obligatoire réglable pour permettre à l’examinateur de surveiller la circulation.

• Alternativement, vous pouvez passer l’examen avec le véhicule d’une auto-école, et ce, quelle que soit la filière que vous ayez choisie : il vous en coûtera environ 100 euros.

• Toutes filières confondues, après deux échecs consécutifs à l’examen de conduite, vous devrez suivre 6h d’auto-école avant de repasser l’examen. Avec un surcoût de 300 euros.

Le calcul est donc vite fait : mieux vaut arriver bien préparé à l’examen, sinon, il peut vous en coûter très cher !

Articles associés

+ d'articles associés

Inscrivez-vous à nos newsletters

Recevez nos bons plans et idées pour vos week-ends !

JV en kiosque - Abonnement

Septembre 2018

JV68smallsmall
  • Enquête - Le vin en Belgique
  • Notre cahier spécial finance sur la succession
  • Virée automnale à Malines
  • Découverte de la communauté tango
En vente chez votre libraire le 07 septembre.

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :