Quels sites d'offres d'emploi en Belgique ?

Paru dans HS n°5 2013-2014

Pour commencer : les « pôles emploi »

Actiris pour Bruxelles, Le Forem pour la Wallonie et le VDAB pour la Flandre sont les équivalents belges de « pôles emploi ». Si vous avez fait valoir vos droits au chômage, l’Onem (l’Office national de l’Emploi) vous en aura parlé. Si ce n’est pas le cas, inscrivez-vous comme chercheur d’emploi « libre » auprès de ces organismes. Vous n’y trouverez pas l’approche pointue et personnalisée d’un consultant RH de grand cabinet, mais ces démarches peuvent vous aider et la démarche est très simple.

Vous pourrez suivre gratuitement des formations de langue, d’informatique ou autres. Celles de Bruxelles Formation (site : bruxellesformation.be) par exemple, lié à Actiris, ont la réputation d’être complètes et opérationnelles.

Par ailleurs, votre inscription vous donnera accès à davantage d’offres d’emplois que celles présentes sur les sites, pourtant déjà nombreuses et couvrant de nombreux domaines (marketing, vente, droit…).

Enfin, sachez que certains recruteurs souhaitent bénéficier d’aides publiques à l’emploi, du type « emploi des moins de 45 ans » et être déjà inscrit vous fera gagner du temps.

Enfin, inscrit chez Actiris, vous bénéficierez aussi peut-être d’un « jobcoaching », délivré sous conditions par certains cabinets de recrutement comme Daoust.

Définir son projet professionnel. Où trouver de l'aide ?

Pour des services gratuits, il existe les formules de détermination de projet d’Actiris (l’agence bruxelloise pour l’emploi), les formations « Le chemin le plus court vers l’emploi » de Randstad, les séances de « jobcoaching » de Daoust (individuelles ou en groupe, gratuites sous conditions).

Avec un coût plus élevé, mais plus approfondi et individualisé, vous pouvez avoir recours à un consultant RH ou à un coach de carrière free-lance (prix libres mais compter entre 65 et 150 euros de l’heure). Pour trouver quelqu’un d’expérimenté et qui vous convienne, faites confiance au bouche à oreille, aux recommandations que peuvent vous faire les cabinets de recrutement. Sinon, consultez : coachfederation.be, womansacademy.be.

Enfin si vous suivez votre conjoint expatrié, vous pouvez peut-être bénéficier d’un « spouse relocation programm ». Dans ce cas, l’entreprise donne mandat à des sociétés comme Galiléi (Groupe Randstad) ou Net Expat pour vous aider.

Selon vos besoins, vous demanderez à passer des tests de personnalité avec analyse de résultats (comme le Myers Briggs Type Indicator, très connu, mais pas le seul), à dresser un bilan de compétences, à rédiger votre CV, à vous positionner sur le marché, voire à bénéficier d’un entraînement aux entretiens.

Conseil d’O. Dufour (Michael Page Belgium) : « Intégrez bien la réalité du marché, une démarche exclusivement axée sur votre idéal pourrait vous décevoir. »

Les cabinets de recrutement

« Mieux vaut répondre à cinq annonces par semaine qu’envoyer dix candidatures spontanées par jour » conseille Olivier Dufour, directeur exécutif de Michael Page Bruxelles.

Les sites des cabinets de recrutement affichent en permanence leurs offres. Pour identifier ceux qui vous correspondent, sachez que Michael Page Belgium, Mercuri Urval, Robert Walters, avec une présence internationale, interviennent dans plusieurs domaines d’activité mais uniquement pour des postes de management. D’autres sont spécialisés dans certains domaines comme Robert Half (finances, comptabilité, droit). D’autres enfin comme Daoust et Randstadt ont un réseau d’agences plus dense et recrutent pour une plus grande variété de fonctions, en particulier en intérim mais pas seulement. Très développé en Belgique, l’intérim management qui comme son nom l’indique concerne des postes de cadre, voire de direction, a ses intermédiaires propres (essensys.be, b-management.be, thom.be pour toute la chaîne marketing…). Ce ne sont ici que quelques noms. Le site de la fédération des partenaires de l’emploi en Belgique, federgon.be, les recensent tous.

Les sites internet d’offres d’emploi

Les sites généralistes : monster.be, stepstone.be, references.be, vacature.be qui sont les plus cotés

Les sites spécialisés : selor.be (services publics), hospitals.be, proguidesocial.be (secteur psycho-médico-social), monstage.be (stage et premier emploi),… jobsinbrussels.com etc.

Les moteurs de recherche d'emploi : optioncarriere.be, arbajob.comv

Sur tous ces sites, vous pouvez demander à recevoir systématiquement les annonces des domaines qui vous intéressent.

Enfin, parce que rencontrer du monde et échanger avec des professionnels est irremplaçable, repérez les dates des Salons de l’Emploi qui vous intéressent sur jobdays.beci.be, jobdays.eu.

Les emplois dans les Institutions européennes

Le recrutement des Institutions européennes se fait exclusivement par concours et non pas en envoyant un CV, Ceci est vrai à la fois soit pour être contractuel et pour avoir un poste à durée indéterminée.

Les concours comprennent des épreuves générales sous forme de QCM, et des épreuves spécifiques au domaine dans lequel vous voulez travailler (audit, finances, droit, communication...). Les épreuves de concours sont assez difficiles, il faut être prêt à s’entraîner sérieusement, procurez-vous les livres d’entraînement. Lorsque vous réussissez le concours, votre nom est intégré dans une liste et vous êtes susceptible d’être appelé pour un poste. Théoriquement, il se peut que vous ne soyez jamais appelé... mieux vaut le savoir !

Enfin, ayez votre timing en tête : entre les inscriptions, les concours et l’embauche, plusieurs mois s’écoulent, mais si vous restez trois ans au moins, ça vaut le coup !

Ne négligez cependant pas les petites annonces des institutions européennes, car celles-ci ont de plus en plus recours à des agents contractuels ou à des contrats temporaires. Et celà, à tous les niveaux de compétence et de responsabilité. Une condition indispensable : avoir deux langues actives. Mais en tant que Français, vous avez toutes vos chances, puis que les langues les plus utilisées sont le français et l'anglais.

Autour des instititions européennes, il existe également tout un réseau de bureaux de lobbying qui représente également un véritable vivier d'emplois.

Site : europa.eu, eurobrussels.com

Articles associés

+ d'articles associés

Newsletter

JV en kiosque - Abonnement

Octobre 2018

JV69
  • Enquête - La bière en Belgique
  • Virée à Louvain
  • Notre dossier sur la Grande Guerre
  • Découverte de la communauté des collectionneurs de montres
En vente chez votre libraire le 07 septembre.

L'agenda

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :