Chez Istas

Paru dans HS Bonnes Adresses mai 2014

Sur l’autoroute du retour des Ardennes belges, cette adresse à Jesus-Eik, limitrophe d’Overijse, à l’est de Bruxelles, est également une institution pour les familles, qui viennent parfois depuis très longtemps, puisque le lieu existe depuis 1875.

Le cadre est une brasserie d’époque, avec lambris aux murs et grands miroirs. Les deux pièces attenantes ont été rénovées, mais on préfère la salle d’origine, plus typique.

Le dimanche soir, l’agitation est à son comble, avec une valse de serveurs.

Une carte belge, avec pavé-béarnaise et frites maison à , les boulettes sauce tomate ou le jambonneau à la moutarde (pour les grandes faims). Menus pour enfants.

On y va après une balade dans la campagne environnante, pour un repas revigorant autour de moules, d’un beau steak-frites ou d’une tartine de fromage blanc, un en-cas typique.

652 Brusselsesteenweg, 3090 Overijse – T. 02 657 05 11. Ve-ma 11h-22h. Compter 30€/personne. 

Chez Istas a été sélectionné pour les Victors 2013.

Articles associés

+ d'articles associés

Newsletter

L'agenda

Les bonnes adresses de JV


Encore plus de
bonnes adresses
dans notre guide !

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Ça coûte un pont »

    Ce qui coûte un bras à un Français coûte un pont à un Belge...

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.

  • « Gros ... cou »

    Celui qui a pris la grosse tête, ou, pour aller à l’opposé de l’anatomie, à celui qui a les chevilles qui enflent. Bref un gros c…